L'ONU veut faire du droit au développement une réalité

La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay.
La Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay.

L'ONU veut faire du droit au développement une réalité

Le droit au développement doit être une réalité pour tout le monde et il faut s'assurer que ce droit fasse une réelle différence dans la vie des milliards de personnes au monde qui continuent de vivre dans la crainte et le besoin, ont souligné mardi de hauts responsables des Nations Unies.

« Le fait que presque trois milliards de personnes vivent dans la pauvreté et que 20% de la population mondiale détiennent 70% des revenus totaux veut dire que nous n'avons pas tenu nos promesses. Il est temps que le droit au développement devienne une réalité pour tous », a déclaré la Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, lors de la commémoration au siège de l'ONU à New York du 25ème anniversaire de l'adoption de la Déclaration sur le droit au développement.

Cette déclaration stipule que le développement est un droit qui donne le droit « à toute personne et à tous les peuples de participer et de contribuer au développement économique, social, politique et social afin que toutes les libertés fondamentales et tous les droits de l'homme puissent être réalisés ».

Depuis son adoption par l'Assemblée générale des Nations Unies le 4 décembre 1986, la déclaration a été réaffirmée à plusieurs reprises notamment lors de conférences de l'ONU sur les droits de l'homme et de l'environnement, ainsi que lors de la formulation des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD).

« L'anniversaire intervient alors que pour des millions de personnes, le développement reste une belle parole. Nous devons répondre aux aspirations de ceux qui vivent dans les marges de la société », a déclaré Mme Pillay en rappelant que le développement est un droit humain qui appartient à tous.

Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a de son côté indiqué que la déclaration donne espoir à des millions de personnes à travers le monde. « Elle a rassemblé les droits de l'homme et elle a placé les gens au centre du développement. La déclaration existait sur le papier, mais se faisait attendre dans la réalité », a-t-il souligné.

Ban Ki-moon a rappelé qu'il était désormais temps de mettre en œuvre les idéaux de la déclaration pour permettre aux populations de vivre dans la dignité. « Il faut maintenant investir dans le développement. Nous devons investir dans les personnes, et particulièrement dans les femmes et les jeunes qui représentent deux tiers de la population mondiale et détiennent la capacité et l'énergie de faire avancer le progrès », a-t-il dit.

Dans un monde déchiré par la violence et la guerre, il ne faut pas oublier que le développement est une voie vers la paix, a-t-il ajouté, en notant que le désarmement, les questions économiques et les droits de l'homme sont nécessaires au développement.

Le Président de l'Assemblée générale des Nations, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, qui était lui aussi présent à la commémoration, a dit que plusieurs des défis mondiaux auxquels nous sommes confrontés aujourd'hui peuvent être surmontés si nous appliquons le droit au développement. Le droit au développement va de pair avec les quatre priorités que M. Al-Nasser a choisi pour la session de l'Assemblée générale en cours. « Il est temps que la déclaration sur le droit au développement soit réalisée », a-t-il indiqué.