Le HCR relance le rapatriement de réfugiés angolais depuis la RDC

4 novembre 2011

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a relancé vendredi un programme de rapatriement pour les réfugiés angolais en République démocratique du Congo (RDC) après une interruption de quatre ans. 252 personnes rentrent aujourd'hui vers l'Angola depuis la ville de Kimpese en RDC, à environ 220 kilomètres à l'ouest de Kinshasa.

Une précédente opération à grande échelle pour les retours organisés d'Angolais depuis la RDC avait cessé en 2007 à cause notamment de difficultés logistiques. Entre 2003 et 2007, le HCR avait aidé quelque 57.000 Angolais à rentrer chez eux depuis la RDC, a expliqué un porte-parole du HCR, Andrej Mahecic, lors d'une conférence de presse à Genève.

Aujourd'hui, la RDC héberge quelque 80.000 réfugiés angolais, qui vivent en exil depuis des décennies. Cette nouvelle initiative pour les retours volontaires intervient après les résultats d'une étude menée en 2010, selon lesquels 43.000 personnes avaient fait part de leur souhait de rentrer et à la suite d'un nouvel accord tripartite signé en juin cette année entre l'Angola, la RDC et le HCR. Environ 20.000 personnes ont déjà signé pour recevoir une aide au retour de la part du HCR.

« Les réfugiés indiquent au personnel du HCR qu'ils souhaitent rentrer du fait de l'amélioration des perspectives de paix en Angola, car leurs familles les attendent et parce qu'ils espèrent une vie meilleure dans leur pays d'origine qui leur manque. L'une des personnes rentrant dans son pays d'origine aujourd'hui est une femme âgée de 91 ans qui attend avec impatience de revoir ses enfants déjà rentrés en Angola », a dit le porte-parole du HCR.

En préparation des retours, les réfugiés sont arrivés jeudi depuis des villages et des installations de réfugiés situés aux alentours de Kimpese et ils ont passé la nuit dans un centre de transit. Ils ont bénéficié d'un examen médical et ont reçu des vaccinations. Il leur a été attribué un formulaire de retour volontaire, qui servira de document d'identité jusqu'à ce qu'une carte d'identité angolaise leur soit délivrée.

Les réfugiés angolais rapatriés sont accompagnés par une délégation ministérielle de la RDC et le Représentant du HCR en RDC. Le HCR prévoit deux convois de retour par semaine.

L'Angola a assuré à tous les réfugiés que les autorités les aideront dans les domaines du logement, du micro-crédit, de la formation professionnelle et avec d'autres programmes. Le HCR surveillera leur bien-être durant les 18 prochains mois.

Le retour des réfugiés angolais en Angola se déroule également depuis d'autres pays de la région. Des retours depuis le Congo devraient commencer bientôt. Il y a quelques semaines, 1.700 réfugiés angolais avaient quitté la Zambie.

Les retours à grande échelle impliquent parfois des défis logistiques de taille. Des routes et des ponts doivent être réparés – une tâche qui devient plus difficile avec le début de la saison des pluies.

Quelque 113.000 réfugiés angolais vivent toujours en RDC, au Congo, en Zambie, au Bostwana et en Namibie.

En octobre, le HCR et l'Organisation internationale pour les migrations (OIM) ont lancé un appel de fonds d'un montant de 21 millions de dollars pour aider les réfugiés angolais à rentrer depuis leurs pays d'asile. « Aujourd'hui, nous n'avons reçu que huit millions de dollars », a dit le porte-parole du HCR.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : l'ONU plaide pour une enquête sur les viols lors d'expulsions d'Angola

En visite en Angola, la Représentante spéciale de l'ONU pour la violence sexuelle dans les conflits, Margot Wallström, a appelé Luanda et Kinshasa à enquêter sur les allégations de violences sexuelles de masse perpétrées notamment sur des femmes expulsées d'Angola vers la République démocratique du Congo (RDC).