ONU : la Guinée-Bissau doit redoubler d'efforts pour instaurer une paix durable

3 novembre 2011

Le Représentant spécial du Secrétaire général en Guinée-Bissau, Joseph Mutaboba, a fait état jeudi de la situation dans le pays devant le conseil de sécurité. Selon lui, le pays a fait de grands progrès notamment dans le domaine de réforme de la police mais il est important de continuer à soutenir ces réformes.

Le Représentant spécial du Secrétaire général en Guinée-Bissau, Joseph Mutaboba, a fait état jeudi de la situation dans le pays devant le conseil de sécurité. Selon lui, le pays a fait de grands progrès notamment dans le domaine de réforme de la police mais il est important de continuer à soutenir ces réformes.

« Les autorités nationales ont poursuivi l'effort de mener le pays dans une direction positive avec le soutien de la communauté internationale et ils ont réussi à consolider les avancées dans les domaines de la sécurité et de la gouvernance », a déclaré M. Mutaboba.

« Il est néanmoins nécessaire de poursuivre l'effort pour consolider ces avancées alors que nous entrons dans une phase déterminante du processus de réformes où le soutien international est primordial alors que le pays se prépare aux élections de 2012 », a-t-il ajouté.

M. Mutaboba dirige le Bureau intégré des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BINUGBIS), qui soutient les efforts du pays pour promouvoir la paix, la stabilité et le développement. Dans les années qui ont suivi la guerre civile de 1998-1999, la Guinée-Bissau a été ravagée par des coups d'Etat, des tentatives de coups et l'assassinat de l'ancien président João Bernardo Viera.

Dans son récent rapport sur les activités de la BINUGBIS, le Secrétaire général des Nations Unies a noté que seul un travail avec la population de Guinée-Bissau peut apporter une stabilité au long terme, ce qui est indispensable pour un développement durable et une amélioration du niveau de vie dans le pays.

Alors que les autorités œuvrent pour maintenir le cap de leurs réformes « courageuses », M. Ban Ki-moon appelle les partenaires régionaux et internationaux de la Guinée-Bissau à apporter les ressources financières nécessaires.

Cela est particulièrement important pour le plan de retraite conçu pour assurer une allocation correcte pour ceux qui décident de quitter le service actif militaire ou dans les forces de sécurité.

« Il est primordial de garantir des ressources pour pouvoir lancer ce fonds de retraite sans délais, afin de permettre un changement de génération dans le corps d'officier et pour assurer un contrôle civil des forces armées », a expliqué M. Mutaboba en précisant que le succès de ce projet aurait également une grande influence sur la stabilité générale du pays si importante avant la tenue des élections en 2012.

Le crime organisé et le trafic de stupéfiants restent un autre grand problème pour le pays, puisque cela représente une menace sérieuse à la stabilité que le pays a réussi à maintenir depuis 18 mois.

« Une assistance internationale et un engagement fort des partenaires du pays est indispensable si nous souhaitons obtenir des meilleurs résultats dans la lutte contre le trafic et le crime organisé en Guinée-Bissau », a fait savoir le Représentant spécial.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU inquiète de l'ampleur du trafic de drogue en Guinée-Bissau

Alors que le trafic de drogue et le crime organisé sont en hausse en Afrique de l'Ouest, le Directeur exécutif de l'Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), Yury Fedotov, et le Représentant spécial de l'ONU en Afrique de l'Ouest, Saïd Djinnit, ont débuté vendredi une visite en Guinée Bissau, un pays de la région particulièrement affecté par les activités des groupes criminels transnationaux.