Le chef de l'ONU et le Président de l'Assemblée générale en visite en Libye

2 novembre 2011

Le Secrétaire général Ban Ki-moon et le Président de l'Assemblée générale Nassir Abdulaziz Al-Nasser ont effectué mercredi une visite de quelques heures dans la capitale libyenne, Tripoli.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, et le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Nassir Abdulaziz Al-Nasser, on effectué mercredi une visite de quelques heures dans la capitale libyenne, Tripoli.

Lors de cette visite, les deux hauts responsables ont notamment rencontré le Président du Conseil national de transition libyen (CNT), Mustafa Abdel Jalil, le nouveau Premier ministre désigné, Abdel-Rahim al-Keeb, ainsi que des représentants de la société civile.

"Le Président Al-Nasser a appelé le Président et les membres du CNT à fournir un leadership exemplaire et à continuer leurs efforts pour promouvoir une réconciliation nationale complète. Il a souligné également qu'il était important que les autorités de transition libyennes exercent leur pleine souveraineté en étendant leur contrôle sur tout le territoire libyen, afin d'éviter et de réduire l'usage d'armes illégales", a dit la porte-parole du Président de l'Assemblée générale de l'ONU dans une déclaration à la presse.

Le Secrétaire général de l'ONU a souligné lors de la rencontre avec le Président du CNT qu'il y avait "une très grande bonne volonté à travers le monde pour aider les Libyens à réussir leur transition vers la démocratie et que les Nations Unies fourniraient un soutien, à travers la Mission d'appui des Nations Unies en Libye (MANUL), de toutes les façons possibles et de la manière choisie par les Libyens", a dit son porte-parole."Il a souligné la nécessité de former dès que possible un gouvernement intérimaire qui soit à la fois inclusif et expert", a-t-il ajouté.

Ban Ki-moon et Nassir Abdulaziz Al-Nasser se sont également rendus sur le site d’un charnier et ont rencontré les familles de sympathisants de la révolution qui y ont été tués.

Au cours de cette visite à Tripoli, le Secrétaire général a répété que les questions de la justice transitionnelle devaient être réglées avec sagesse et retenue. Il a souligné qu’il était important que les auteurs de violations des droits de l’homme rendent des comptes et que la réconciliation nationale soit promue, a précisé son porte-parole.

Lors d’un point de presse à Tripoli, Ban Ki-moon a rappelé que le chemin vers la démocratie n’était pas facile. « Construire un Etat avec des institutions efficaces et responsables prendra du temps », a-t-il dit.

Il a toutefois estimé que les Libyens avaient montré qu’ils avaient les capacités, les ressources et la force de caractère pour relever ce défi. Selon lui, ils devront faire preuve de pragmatisme et de sens du compromis pour trouver un consensus sur les principales questions et pour rester unis, surtout dans la phase initiale.

Ban Ki-moon s'est ensuite envolé pour Cannes, en France, où il devait arriver dans la soirée pour participer au sommet du G20, le groupe des vingt principales puissances économiques mondiales.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.