Golfe de Guinée : le Conseil de sécurité condamne les actes de piraterie et appelle à agir

31 octobre 2011

Dans une résolution adoptée lundi, le Conseil de sécurité a condamné lundi tous les actes de piraterie et les vols à main armée commis en mer au large des côtes des États du golfe de Guinée.

Le Conseil a salué la décision de « convoquer un sommet des chefs d'État du golfe de Guinée afin de réfléchir à une riposte globale dans la région » et a encouragé « les États membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO), de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale et de la Commission du golfe de Guinée à définir une stratégie globale ».

Pour les membres du Conseil, cette stratégie doit comprendre notamment « l'élaboration de législations et de réglementations nationales, là où il n'en existe pas, pour ériger en infraction les actes de piraterie et les vols à main armée commis en mer », la mise au point « d'un cadre régional de lutte contre les actes de piraterie et les vols à main armée commis en mer, prévoyant notamment la mise en commun d'informations et des mécanismes de coordination des opérations dans la région » et l'élaboration « de législations et réglementations nationales ou leur renforcement, selon que de besoin, pour mettre en œuvre les accords internationaux relatifs à la sécurité de la navigation, conformément au droit international ».

Le Conseil a aussi appelé « les États membres de la Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest, de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale et de la Commission du golfe de Guinée à lutter contre les actes de piraterie et les vols à main armée commis en mer dans le golfe de Guinée, par une action concertée, notamment l'instauration de patrouilles maritimes bilatérales ou régionales ».

Les membres du Conseil ont prié les États, « agissant en coopération avec les compagnies de transport maritime, les compagnies d'assurance et l'Organisation maritime internationale, de veiller à ce que les navires battant leur pavillon reçoivent les informations et les directives appropriées dans le contexte du golfe de Guinée concernant les techniques d'évitement, d'évasion et de défense à adopter et les mesures à prendre en cas d'attaque ou de menace d'attaque dans les eaux du golfe de Guinée ».

Les États membres de la CEDEAO, de la Communauté économique des États de l'Afrique centrale et de la Commission du golfe de Guinée, avec les États du pavillon et les États de nationalité des victimes et des auteurs d'actes de piraterie ou de vols à main armée en mer, sont appelés « à coopérer pour poursuivre les auteurs présumés, notamment les personnes qui facilitent et financent les actes de piraterie et les vols à main armée commis en mer au large des côtes du golfe de Guinée ».

Enfin, le Conseil s'est félicité que le Secrétaire général ait l'intention « de déployer une mission d'évaluation des Nations Unies qui serait chargée d'examiner la menace que représentent les actes de piraterie et les vols à main armée commis en mer dans le golfe de Guinée ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Golfe de Guinée : l'ONU appelle à coordonner la lutte anti-piraterie

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mercredi les Etats membres à agir rapidement pour soutenir les opérations anti-piraterie dans le golfe de Guinée, alors que les activités des pirates dans cette zone ont récemment augmenté.