Sécurité alimentaire: l'ONU plaide pour le soutien aux petits exploitants

31 octobre 2011

Les petits agriculteurs tirent de grands avantages des coopératives agricoles, notamment le pouvoir de négocier et de partager les ressources en vue de parvenir à la sécurité alimentaire et à la réduction de la pauvreté pour des millions d'individus, a souligné lundi l'Organisation des Nations Unies pour l'agriculture et l'alimentation (FAO), le Fonds international de développement agricole (FIDA) et le Programme alimentaire mondial (PAM) à l'occasion du lancement à New York de l'Année internationale des coopératives 2012.

« On ne saurait sous-estimer l'importance des coopératives agricoles dans l'amélioration de la vie de millions de petits agriculteurs et de leurs familles », ont déclaré ces trois agences de l'ONU basées à Rome dans un communiqué. « Lorsqu'ils font partie d'un grand groupe, la loi du nombre aidant, les petits agriculteurs peuvent négocier de meilleures conditions contractuelles et faire baisser les prix des intrants agricoles notamment les semences, les engrais et les équipements », ont-elles souligné.

Les coopératives offrent des perspectives que les petits agriculteurs ne seraient pas en mesure d'entrevoir individuellement. A titre d'exemple, elles les aident à sécuriser leurs droits fonciers et à trouver de meilleures opportunités pour écouler leurs produits sur les marchés.

Qu'elles soient de petite taille ou qu'elles brassent des millions de dollars au plan mondial, les coopératives opèrent dans tous les secteurs de l'économie, comptent plus de 800 millions de membres et fournissent 100 millions d'emplois dans le monde, soit 20% de plus que les multinationales.

En 2008, les 300 plus grandes coopératives du monde ont réalisé un chiffre d'affaires cumulé de 1 100 milliards de dollars, comparable au produit intérieur brut (PIB) de nombreux grands pays. Les coopératives de producteurs offrent aux petits exploitants agricoles hommes ou femmes des opportunités de marché et leur fournissent des services, notamment des formations améliorées en gestion des ressources naturelles et un meilleur accès à l'information, aux technologies, aux innovations ainsi qu'aux services de vulgarisation.

« Tout au long de l'année 2012 et au-delà, les trois agences de l'ONU basées à Rome maintiendront leur engagement pour soutenir les coopératives agricoles, d'autant qu'elles offrent à leurs membres des avantages économiques et une large gamme de services susceptibles d'améliorer à la fois leurs compétences et leurs moyens de subsistance », ont assuré la FAO, le FIDA et le PAM.

« Les coopératives offrent un modèle d'entreprise solide, viable et adapté aux besoins des communautés rurales dans les pays en développement », ont-elles conclu.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

FAO : un projet pour éviter les problèmes futurs dans le Bassin du Nil

La rapide croissance démographique et la dégradation des ressources naturelles dans le Bassin du Nil risquent d'intensifier la faim et la pauvreté dans la région et nécessitent par conséquent une meilleure planification prospective du développement pour conjurer cette éventualité, a indiqué jeudi l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO).