Face à une mondialisation croissante, la CIJ juge avoir un rôle central à jouer

26 octobre 2011

Dans un monde de plus en plus mondialisé et interconnecté, la Cour internationale de justice (CIJ) a un rôle central à jouer pour faire respecter le droit international, a déclaré mercredi le Président de la CIJ, Hisashi Owada.

Dans un monde de plus en plus mondialisé et interconnecté, la Cour internationale de justice (CIJ) a un rôle central à jouer pour faire respecter le droit international, a déclaré mercredi le Président de la CIJ, Hisashi Owada.

« On peut dire sans exagération qu'il existe aujourd'hui une interdépendance étroite entre toutes les régions du monde », a souligné le chef de la CIJ, l'organe judiciaire principal de l'ONU, alors qu'il faisait le point des activités de la Cour au cours de l'année passée devant l'Assemblée générale de l'ONU à New York.

« En ce XXIe siècle, les politiques internationales sont indéniablement marquées par l'interconnexion et l'économie s'est totalement mondialisée ; parallèlement, les défis posés par la préservation de l'environnement et les changements climatiques sont devenus planétaires », a-t-il noté.

« En un temps où le destin des Etats et celui des peuples ne connaissent plus de frontières, je suis sincèrement convaincu que l'avenir de nos sociétés dépendra de leur pleine adhésion aux principes du droit international. La Cour internationale de justice, gardienne de ce dernier, est fière du rôle central qui est le sien dans ce contexte de mondialisation croissante », a-t-il ajouté.

La CIJ a été instituée en juin 1945 par la Charte des Nations Unies et siège à La Haye (Pays-Bas). La mission de la Cour est de régler, conformément au droit international, les différends d'ordre juridique qui lui sont soumis par les Etats et de donner des avis consultatifs sur les questions juridiques que peuvent lui poser les organes et les institutions spécialisées de l'ONU autorisés à le faire.

La Cour se compose de quinze juges, qui sont élus pour un mandat de neuf ans par l'Assemblée générale et le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Hisashi Owada s'est félicité de la confiance que la communauté internationale des Etats continue de placer dans la Cour en lui soumettant les différends juridiques les plus variés et a souhaité que cette confiance se maintienne.

« Des Etats de toutes les régions du monde, résolument attachés aux principes du droit international, continuent en effet de s'en remettre à elle pour la solution judiciaire de leurs différends », a-t-il noté.

Depuis octobre 2010, la Cour a rendu quatre arrêts et trois ordonnances dans des affaires concernant des Etats de toutes les régions du monde et couvrant un très large éventail de questions juridiques.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La CIJ se dit incompétente pour statuer sur une plainte de la Géorgie contre la Russie

La Cour internationale de justice (CIJ) s'est déclarée vendredi incompétente pour statuer sur une plainte déposée par la Géorgie contre la Russie, après le conflit ayant opposé les deux pays à l'été 2008 qui avait entraîné le déplacement de près de 300.000 personnes.