Ban Ki-moon reçoit le Prix de l'Humanitaire international de l'année

Ban Ki-moon reçoit le Prix de l'Humanitaire international de l'année

Le Secrétaire général, Ban Ki-moon.
Un Fonds universitaire américain a décerné lundi soir son premier Prix de l'Humanitaire international de l'année au Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, pour « son ferme engagement à affronter les défis globaux et sa capacité à mobiliser de manière efficace les dirigeants du monde à faire la même chose. »

« Un vrai humanitaire s'efforce d'améliorer la condition humaine en servant d'agent du changement, travaillant sans relâche à faire la différence dans la vie de ceux qui sont dans le besoin », a déclaré le Président du Fonds universitaire Thurgood Marshall (TMCF), Johnny Taylor Jr, au sujet du prix décerné à l'occasion d'un dîner marquant le 24e anniversaire du Fonds à New York.

« Alors que le Prix de l'Humanitaire international du TMCF reconnaît les individus qui montrent un activisme et un dévouement exemplaire au niveau global, nous pensons que le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, illustre cette mission à travers son travail », a-t-il ajouté.

Le Fonds, qui porte le nom du premier juge noir à la Cour suprême des Etats-Unis, a été créé en 1987 et accorde notamment des bourses à des étudiants.

Dans un discours de remerciement, Ban Ki-moon a rappelé la dette que son pays, la République de Corée, a envers les soldats noirs américains qui ont tant fait pour aider à libérer son pays lors de la guerre de Corée il y a 60 ans et le rôle de M. Marshall pour faciliter l'intégration raciale au sein des forces armées américaines.

« Sa renommée était mondiale, même pour moi quand j'étais un jeune garçon dans la lointaine Corée », a-t-il dit. « M. Marshall est venu lui-même en Corée en 1951. Son enquête sur le traitement des soldats noirs américains là-bas a permis de faire avancer les efforts d'intégration au sein de l'armée américaine ».

Le Secrétaire général a dit qu'il acceptait le prix « avec fierté et humilité » au nom de l'ONU et de ses employés. « Chaque jour, ils travaillent pour sauver des vies et aider les gens à sortir de la pauvreté, à se relever après un conflit ou après une catastrophe naturelle », a-t-il dit.

Selon lui, Thurgood Marshall « incarne les valeurs auxquelles les Nations Unies tiennent particulièrement ». « Chaque homme, chaque femme et chaque enfant a le droit de grandir en paix avec suffisamment de quoi manger et de bénéficier des soins de santé, de l'éducation, et des libertés dont il a besoin pour réaliser son plein potentiel », a-t-il ajouté.

« La colère que nous voyons aujourd'hui dans nos rues vient d'une perte d'espoir, d'une absence de confiance dans la capacité des gouvernements à faire ce qu'il faut pour leur population. Thurgood Marshall connaissait cela. Il saurait quoi faire, comment afficher des qualités de dirigeant », a conclu le Secrétaire général.