Ban Ki-moon attristé par le décès du juge Cassese, premier Président du TPIY

22 octobre 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appris avec une grande tristesse le décès du juge Antonio Cassese, premier Président du Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et premier Président du Tribunal spécial pour le Liban.

"Les Nations Unies se rappelleront avec tendresse d'Antonio Cassese comme un géant du droit international, comme un ami loyal qui a toujours été là quand l'Organisation avait besoin de ses conseils avisés et de son service dévoué, et surtout comme un être humain exceptionnellement charmant et chaleureux qui a défendu courageusement la justice, les droits de l'homme et l'humanité", a dit le porte-parole du Secrétaire général dans une déclaration.

Au cours de sa carrière, Antonio Cassese a également été un expert indépendant chargé d'examiner l'efficacité judiciaire du Tribunal spécial pour la Sierra Leone. Il a dirigé la Commission internationale d'enquête sur le Darfour. "Dans ces fonctions et dans de nombreuses autres, Antonio Cassese a façonné le développement de la justice pénale internationale et a apporté une contribution importante au combat contre l`impunité", a ajouté le porte-parole du Secrétaire général.

Antonio Cassese a également enseigné le droit international à des générations d`étudiants à l'Université de Florence, à l'Institut universitaire européen et à travers le monde.

Il est décédé vendredi soir chez lui à Florence à l'âge de 74 ans.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

TPIY : rejet de la proposition de mener deux procès contre Ratko Mladic

Le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie (TPIY) a rejeté jeudi une requête de l'accusation proposant deux procès contre l'ex-chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic, l'un consacré spécifiquement au massacre de Srebrenica en 1995 et l'autre sur les crimes commis à Sarajevo et dans d'autres villes de Bosnie-Herzégovine.