Yémen : le Conseil de sécurité appelle à une transition pacifique rapide

21 octobre 2011

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté vendredi une résolution dans laquelle il condamne les atteintes aux droits de l'homme par les autorités yéménites et appelle à une transition pacifique rapide.

Le Conseil de sécurité de l'ONU a adopté vendredi une résolution dans laquelle il condamne les atteintes aux droits de l'homme par les autorités yéménites et exige de toutes les parties au Yémen qu'elles renoncent immédiatement à employer la force à des fins politiques.

Dans cette résolution présentée par l'Allemagne et le Royaume-Uni et adoptée à l'unanimité, le Conseil de sécurité « déplore profondément la mort de centaines de personnes, pour la plupart des civils, dont des femmes et des enfants ».

Il « condamne énergiquement les atteintes persistantes aux droits de l'homme par les autorités yéménites, dont l'emploi excessif de la force contre des manifestants pacifiques ainsi que des actes de violence, le recours à la force, et les atteintes aux droits de l'homme qui sont le fait d'autre protagonistes, et insiste pour que tous les responsables des violences et violations des droits de l'homme répondent de leurs actes ».

Le Conseil de sécurité « exige de toutes les parties qu'elles renoncent immédiatement à employer la force pour atteindre leurs objectifs politiques ».

Selon les membres du Conseil de sécurité, la signature et l'application dans les meilleurs délais d'un accord de paix reposant sur l'initiative du Conseil de coopération du Golfe font partie intégrante d'un processus de transition politique sans exclusive ni heurt, piloté par le Yémen. Ils notent que le Président du Yémen s'est engagé à signer cette initiative et demandent « la concrétisation de cet engagement, de sorte à assurer sans plus tarder une transition pacifique. »

En outre, le Conseil de sécurité se dit « préoccupé par la présence d'Al-Qaïda dans la péninsule arabique et déterminé à écarter cette menace en agissant conformément à la Charte des Nations Unies et au droit international. »

S'agissant de la situation humanitaire, il appelle la communauté internationale à apporter une aide au Yémen et demande à toutes les parties yéménites de faciliter les travaux des organismes des Nations Unies et des autres organisations compétentes et de faire en sorte que l'acheminement sans retard de l'aide humanitaire vers les personnes qui en ont le plus besoin dans tout le Yémen puisse se faire dans des conditions d'accès total, sûr et sans entrave.

« Le Secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, salue l’adoption de cette résolution par le Conseil de sécurité », a dit le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, devant la presse.

Selon M. Pascoe, cette résolution est « un signe clair de l’inquiétude internationale de plus en plus profonde concernant l’absence d’un règlement politique au Yémen et comment cela contribue à la dégradation rapide de la situation dans le pays ».

Il a rappelé que le Secrétaire général a condamné de manière répétée la violence et l’usage excessif de la force contre des manifestants pacifiques et des civils innocents et a appelé à un règlement pacifique de la situation à travers un processus politique mené par les Yéménites et ouvert à tous.

M. Pascoe a estimé qu’il était « temps pour le gouvernement et les dirigeants de l’opposition d’assumer leurs responsabilités et d’arriver à un accord ».

Il a précisé que le Conseiller spécial du Secrétaire général sur le Yémen, Jamal Benomar, retournerait très bientôt au Yémen pour reprendre ses contacts avec toutes les parties yéménites pour les aider à avancer.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Yémen : l'ONU est préoccupée par la nouvelle flambée de violence

Le Haut commissariat aux droits de l'homme a condamné mardi les meurtres de plusieurs manifestants majoritairement pacifiques par les forces de l'ordre yéménites à Sana'a et Taëz depuis samedi 15 octobre.