Un expert de l'ONU plaide pour l'arrêt de l'isolement en cellule des détenus

18 octobre 2011

Devant l'Assemblée générale des Nations Unies, le Rapporteur spécial de l'ONU sur l'usage de la torture et autres traitements cruels, inhumains ou dégradants dans le monde, Juan E. Méndez, a appelé mardi les Etats à mettre un terme à l'isolement en cellule utilisé comme sanction contre les détenus.

« Ségrégation, isolement, séparation, cellule, le trou, le Supermax, l'Unité de logement sécurisé, le confinement, quel que soit le nom, l'isolement en cellule devrait être banni par les Etats comme punition ou technique d'extorsion », a déclaré Juan E. Méndez devant les Etats membres de l'Assemblée générale de l'ONU.

« L'isolement en cellule est une mesure très sévère qui est contraire à la réhabilitation, l'objectif du système pénitencier », a ajouté l'expert indépendant de l'ONU lors de la présentation de son premier rapport devant l'Assemblée générale.

Pour M. Méndez, « l'isolement social est l'un des éléments les plus néfastes de l'isolement en cellule » car cette pratique « réduit les contacts sociaux à un minimum absolu ».

« Un nombre significatif de personnes va connaître de graves problèmes de santé quels que soient la période, l'endroit et l'existence de facteurs personnels préexistants », a-t-il ajouté.

L'expert a plaidé en faveur d'une interdiction totale de l'isolement de plus de 15 jours. Il a également appelé à mettre un terme aux pratiques d'isolement en cellule lors de détentions préventives et à les bannir pour l'emprisonnement des jeunes et des personnes souffrant de handicaps mentaux. Pour M. Méndez, ce type d'isolement forcé peut être assimilé à « un traitement cruel, inhumain ou dégradant lorsqu'il utilisé comme une sanction ».

« L'isolement en cellule ne devrait être utilisé que dans des circonstances exceptionnelles, pour un période de temps la plus courte possible », a martelé l'expert. « Les Etats doivent aussi respecter des garanties internes et externes afin de fournir la meilleure protection possible des droits des individus lorsque l'isolement en cellule est utilisé ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU regrette profondément l'exécution de Troy Davis aux Etats-Unis

Le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a vivement regretté vendredi l'exécution cette semaine de Troy Davis aux Etats-Unis, soulignant que la procédure ayant conduit à sa mort pourrait avoir violé le droit international.