L'ONU tire la sonnette d'alarme sur le manque de fonds pour les réfugiés au Congo

14 octobre 2011

Environs 120.000 réfugiés, qui ont fui les violences en République démocratique du Congo (RDC) il y a deux ans et qui vivent aujourd'hui en République du Congo, n'auront plus accès à une aide alimentaire des agences humanitaires des Nations Unies d'ici le mois de novembre si aucun nouveau financement n'est trouvé.

Au cours des six derniers mois, le Programme mondial des Nations Unies (PAM) n'a reçu que 15% des fonds nécessaires pour nourrir ces 120.000 refugiés. Lees stocks seront épuisés d'ici le moi de novembre, a déploré une porte-parole du PAM, Gaëlle Sévenier, lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse,

L'agence a besoin de six millions de dollars pour nourrir l'ensemble des réfugiés, en grande majorité des femmes et des enfants, jusqu'à la fin de 2011.

Les réfugiés ont commencé à fuir le long du fleuve Oubangui en République du Congo en Octobre 2009, lorsque des miliciens Enyele ont lancé des attaques meurtrières sur les Munzayas notamment à cause de conflits liés aux droits de pêche et d'agriculture dans la région de Dongo, située dans la province de l'Equateur en RDC.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

RDC : cinq humanitaires tués au Sud-Kivu, l'ONU préoccupée par l'insécurité

La communauté humanitaire de la République démocratique du Congo (RDC) est « très choquée » par l'attaque armée qui s'est soldée le 4 octobre dernier par la mort de cinq fonctionnaires d'une organisation non gouvernementale humanitaire oeuvrant dans le domaine de l'éducation dans la localité de Malinde dans la Province du Sud-Kivu, a indiqué jeudi le Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA).