L'ONU débloque une aide de 17,6 millions de dollars au Pakistan

7 octobre 2011

Le Fonds central des Nations Unies pour les interventions d'urgence (CERF) a annoncé vendredi avoir alloué 17,6 millions de dollars pour apporter de l'eau potable, de la nourriture, des abris et des services de santé à des milliers de familles victimes des inondations au Pakistan.

« Nous sommes reconnaissants pour ces fonds débloqués immédiatement par le CERF, particulièrement parce que les stocks de fournitures humanitaires sont près d'être épuisés. Ces fonds offrent la possibilité aux agences de l'ONU de continuer à aider à sauver des vies, » a déclaré le Coordonnateur humanitaire au Pakistan, Timo Pakkala.

L'assistance ciblera en priorité les familles les plus vulnérables dans des camps temporaires dans les huit districts les plus durement frappés de la région du Sindh au sud du Pakistan. Beaucoup de ces familles n'avaient pas encore récupéré des inondations massives qui ont frappé le Pakistan en 2010. Plusieurs agences onusiennes sont sur place pour soutenir les secours organisés par le gouvernement pakistanais.

Sur les 17,6 millions de dollars, 4,9 millions de dollars sont alloués à la fourniture d'abris, de couvertures et d'ustensiles de cuisine à 96.000 personnes, 2,9 millions de dollars seront utilisés pour nourrir quelque 270.000 personnes et 800.000 dollars aideront à sauver le bétail pour assurer la production de lait et pour faciliter une reprise de l'activité agricole le plus rapidement possible.

3,8 millions de dollars sont réservés aux services de santé primaires pour 1,3 million de personnes menacées par la malaria, la dengue et le choléra et enfin 3,1 millions de dollars seront dépensés pour couvrir les besoins vitaux en eau potable, assainissement et matériel d'hygiène.

« Cette allocation du CERF est à ce jour le plus grand don unique au Plan de réaction rapide mis en place après les inondations de 2011. Nous n'avons reçu que 16% des 357 millions de dollars dont nous avons urgemment besoin pour réduire les souffrances et sauver des vies. Les familles se battent pour survivre, et nous avons besoin de beaucoup plus de fonds immédiatement, » a dit le Directeur des opérations du Bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), John Ging.

La Représentante spéciale des Nations Unies pour la stratégie internationale de prévention des catastrophes (SIPC), Margareta Wahlström a de son côté rencontré vendredi le Président du Pakistan, Asif Ali Zadari, pour discuter de la réponse pakistanaise aux inondations qui frappe le pays pour la deuxième année consécutive.

« Le Pakistan souhaite être sûr, résilient et capable de répondre à tous les types de catastrophes. Nous souhaitons être responsables de nos propres mesures de réduction des risques et garantir que notre population soit capable de répondre aux risques et aux menaces des catastrophes naturelles, » a indiqué M. Zadari à Mme Wahlström en affirmant qu'il s'assurera que le système d'alerte précoce pakistanais soit renforcé.

Mme Wahlström a salué cette décision du Président pakistanais. « La première priorité à court terme est de renforcer les capacités aux niveaux régional et local. Les systèmes d'alerte précoce fonctionnent lorsque les gens sont formés sur les réactions appropriées. Les risques sont réduits le plus efficacement au niveau local, » a expliqué Mme Wahlström.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Inondations au Pakistan : l'ONU prévient que les ressources s'épuisent

Les Nations Unies ont prévenu vendredi que les agences humanitaires au Pakistan commençaient à manquer de ressources alors que les besoins augmentent dans les régions dévastées par les inondations au sud du pays.