Somalie : l'ONU autorise l'UA à maintenir sa mission jusqu'en octobre 2012

30 septembre 2011

Le Conseil de sécurité a décidé vendredi d'autoriser les États membres de l'Union africaine à maintenir la Mission de l'Union africaine en Somalie (AMISOM) jusqu'au 31 octobre 2012.

En adoptant à l'unanimité de ses 15 membres la résolution 2010 (2011), le Conseil prie l'Union africaine « de renforcer d'urgence l'effectif de la Mission en le portant à 12.000 agents en tenue, afin de lui donner des moyens accrus de s'acquitter de son mandat ».

Aux termes de cette résolution, le Conseil de sécurité invite aussi l'ONU à collaborer avec l'Union africaine pour constituer, dans les limites de l'effectif autorisé de l'AMISOM, une « garde de taille appropriée pour assurer la sécurité et la protection du personnel international, notamment les fonctionnaires des Nations Unies ».

Le Conseil estime en effet que la présence accrue d'organismes des Nations Unies et de leurs fonctionnaires à Mogadiscio, ainsi que les visites officielles de personnalités internationales, exercent une pression supplémentaire sur l'AMISOM, qui est appelée à fournir des services de sécurité, de garde et de protection. Le Conseil entend revoir et examiner de près l'opportunité de modifier l'effectif prescrit de l'AMISOM lorsque celle-ci aura atteint l'effectif autorisé de 12.000 hommes.

La résolution adoptée vendredi demande aussi à l'AMISOM de continuer d'aider le Gouvernement fédéral de transition à mettre en place la Force de police somalienne et la Force de sécurité nationale, en particulier à mettre en œuvre une chaîne de commandement et de contrôle efficace des Forces de sécurité somaliennes, et de contribuer à l'intégration des unités somaliennes formées par d'autres États Membres ou organisations en Somalie et à l'extérieur.

Le Conseil décide en outre, « à titre exceptionnel et, en raison du caractère unique de cette Mission », d'élargir le dispositif d'appui à l'AMISOM pour un maximum de 12 000 militaires, tout en continuant de veiller à ce que l'appui bilatéral voulu soit poursuivi avec le maximum d'efficacité ». Le Secrétaire général est prié par le Conseil de sécurité à fournir à l'AMISOM ce dispositif d'appui, y compris pour la garde chargée d'assurer la sécurité du personnel jusqu'au 31 octobre 2012.

Cette décision fait suite à la requête, présentée par le Secrétaire général dans une lettre adressée le 21 septembre au Président du Conseil de sécurité. Ban Ki-moon y rappelle que « l'AMISOM fonctionne dans un environnement très dangereux, cherchant à réaliser un mandat difficile pour la communauté internationale. C'est pourquoi, souligne-t-il, il est indispensable que les forces de l'AMISOM bénéficient d'un appui supplémentaire pour améliorer leur efficacité, leurs conditions de vie et leur moral ».

Dans les opérations de maintien de la paix des Nations Unies, ce soutien comprend les fournitures et les services de base essentiels qui sont remboursables aux pays fournissant les contingents, dont les moyens sont limités. M. Ban proposait donc l'inclusion d'éléments supplémentaires suivants dans son dispositif d'appui logistique à l'AMISOM, dans les domaines de la restauration, des communications et de l'informatique, des fournitures générales, du nettoyage et du mobilier, et des loisirs.

Le Conseil demande enfin de nouveau aux États Membres et aux organisations régionales et internationales de contribuer généreusement et rapidement au Fonds d'affectation spéciale des Nations Unies pour les institutions de sécurité somaliennes et d'offrir une aide aux Forces de sécurité somaliennes, notamment sous forme de formation, d'assistance technique et de matériel, en coordination avec l'AMISOM.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La Somalie appelle la communauté internationale à poursuivre son soutien

Dans un discours prononcé à l'Assemblée générale des Nations Unies, le Premier ministre de Somalie, Abdiweli Mohamed Ali, a appelé samedi la communauté internationale à continuer d'aider son pays à achever la phase de transition politique et à surmonter la famine qui frappe une partie de la Somalie.