La pollution de l'air atteint des niveaux dangereux dans beaucoup de villes - OMS

29 septembre 2011

La pollution atmosphérique atteint des niveaux dangereux pour la santé dans de nombreuses villes, selon les données sur la qualité de l'air publiées cette semaine par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Il s'agit d'une compilation sans précédent de données concernant près de 1.100 villes dans 91 pays, dont des capitales et des villes de plus de 100.000 habitants.

L'OMS estime que, chaque année, plus de 2 millions de personnes meurent du fait de l'inhalation de particules fines présentes dans l'air intérieur et extérieur. Les particules d'une taille égale ou inférieure à 10 micromètres peuvent pénétrer dans les poumons, entrer dans la circulation sanguine et provoquer des cardiopathies, des cancers du poumon, des cas d'asthme et des infections des voies respiratoires inférieures.

Le seuil fixé dans les lignes directrices de l'OMS relatives à la qualité de l'air s'agissant de la concentration moyenne annuelle de ces particules est de 20 microgrammes par mètre cube, mais les données publiées montrent que, dans certaines villes, cette concentration atteint jusqu'à 300 microgrammes par mètre cube.

« La pollution atmosphérique est un grave problème de santé et nous devons absolument redoubler d'efforts pour en atténuer les répercussions », déclare le Dr Maria Neira, Directeur du Département santé publique et environnement de l'OMS. « Si nous contrôlons et gérons l'environnement correctement, nous pouvons réduire considérablement le nombre de gens qui souffrent d'affections respiratoires et cardiaques, et de cancer du poumon. Partout dans le monde, l'air des villes est souvent pollué par les gaz d'échappement, la fumée des usines ou la suie des centrales électriques qui fonctionnent au charbon. De nombreux pays sont dépourvus de réglementation sur la qualité de l'air et, lorsqu'il y en a une, les normes nationales et leur application varient considérablement », a-t-elle ajouté.

L'OMS appelle à renforcer la sensibilisation aux risques sanitaires que représente la pollution atmosphérique, à mettre en œuvre des politiques efficaces et à contrôler de près la situation dans les villes.

Là où le niveau de pollution est plus élevé, une réduction dans les mêmes proportions aura moins d'impact sur la baisse de la mortalité mais apportera néanmoins d'importants bienfaits pour la santé.

« Les solutions à la pollution atmosphérique en ville dépendront de l'importance relative des différentes sources de pollution, du niveau de développement et de la géographie locale », affirme le Dr Carlos Dora, Coordonnateur de l'unité Interventions pour des environnements sains du Département santé publique et environnement de l'OMS.

Dans les pays développés comme dans les pays en développement, les principales causes de pollution atmosphérique sont les moyens de transport motorisés, les industries petites ou grandes, l'utilisation de biomasse et de charbon pour la cuisine et le chauffage, ainsi que les centrales électriques au charbon. L'utilisation de bois et de charbon pour le chauffage des logements contribue beaucoup à la pollution atmosphérique, notamment en milieu rural pendant les mois d'hiver.

« Pour juguler la pollution et atténuer ses effets sur la santé, il faut prendre des mesures au niveau local, appliquer des politiques nationales et conclure des accords internationaux », dit le Dr Michal Krzyzanowski, Chef du Centre européen OMS de l'environnement et de la santé à Bonn (Allemagne).

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Lutter rapidement contre la suie et le smog peut améliorer la santé humaine - rapport

Une action rapide, à relativement court terme, pour lutter contre la suie et le smog pourrait améliorer la santé humaine, augmenter le rendement des récoltes, atténuer le changement climatique et ralentir la fonte des glaces dans l'Arctique, selon une étude coordonnée par les Nations Unies publiée cette semaine.