L'ONU aide à réglementer le commerce de 91 variétés de bois rares

28 septembre 2011

Les gouvernements de Madagascar et du Panama ont demandé au secrétariat de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) d'ajouter 91 espèces de bois dans l'annexe III de la CITES afin de freiner le commerce illicite de bois en permettant de contrôler l'origine légale selon les standards CITES.

Le classement de l'ébène et du palissandre dans l'annexe III de la CITES aidera à faciliter la détection de la fraude et rendra accessible des informations essentielles pour les pays exportateurs et importateurs. Les règles de l'annexe III de la CITES assurent que tous les envois transfrontaliers des produits figurants dans la liste doivent être autorisés au préalable par un certificat qui atteste l'origine.

Madagascar a demandé que cinq variétés du palissandre soient ajoutées à la liste de la CITES ainsi que 84 variétés de bois d'ébène, suite au constat que le commerce illégal de ces variétés a augmenté de 25% en 2009 et qu'environ 25.000 m3 de palissandre ont été exportés. Le palissandre est un bois dur particulièrement recherché pour sa couleur marron rougeâtre, souvent utilisé dans la fabrication de meubles, de maisons et d'instruments de musique. Dorénavant, tout le commerce de cette variété devrait impérativement être accompagné de documents de la CITES qui montrent le pays d'origine.

Le Panama a également demandé l'assistance des 174 autres Etats membres de la CITES pour contrôler le commerce des espèces nationales de 'Dalbergia darienensis' et 'Dalbergia retusa' aussi connus sous le nom de palissandre noir ou cocobolo. Ces espèces poussent du Mexique au Panama, notamment dans les forêts tropicales sèches. Seul le cœur du bois du Dalbergia est adapté comme bois de construction. Le cocobolo est particulièrement bien adapté à un usage marin. Il est souvent utilisé dans la confection de poignées d'armes à feu, de queues de billards ou encore de pièces de jeux d'échecs. Le cocobolo est un bois résonnant, et donc très populaire pour la fabrication d'instruments de musique.

« La CITES soutiendra les efforts du Panama et de Madagascar pour contrôler leur commerce du bois et assurer que ce commerce reste légal et traçable. Le fait d'introduire des règles dans le commerce de ces variétés précieuses aidera à assurer que les bénéfices du commerce profitent à la fois aux communautés locales et globales en aidant à conserver les variétés au bénéfice de l'ensemble de l'écosystème. Ces décisions montrent la valeur que les Etats accordent à la CITES pour la gestion de leurs ressources forestières et elles sont particulièrement appréciées lors de cette Année des forêts des Nations Unies, » a déclaré le Secrétaire général de la CITES, John Scanlon.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Espèces menacées : création d'un fonds pour l'éléphant africain

Des mesures importantes ont été décidées pour assurer la survie des éléphants, des rhinocéros, des serpents et autres espèces menacées lors de la 61ème session du Comité permanent de la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES) qui s'est conclue vendredi à Genève.