Le Yémen dénonce l'intransigeance des opposants au régime

27 septembre 2011

Dans un discours prononcé à l'Assemblée générale des Nations Unies, le Ministre yéménite des affaires étrangères, Abubakr Al-Qirbi, a dénoncé mardi l'intransigeance des opposants au régime qui ont décidé de recourir à la violence pour parvenir au pouvoir.

Depuis janvier dernier, l'opposition yéménite a décidé de renoncer au consensus qui a toujours prévalu dans le pays pour adopter de nouvelles attitudes dangereuses et de se mettre en marge de la mise en œuvre des accords politiques internes conclus depuis 2006, a affirmé Abubakr Al-Qirbi devant les autres Etats membres des Nations Unies.

Selon lui, après leur défaite aux dernières élections, les opposants ont décidé de recourir désormais à la violence pour parvenir au pouvoir, au risque de mener le pays à une guerre civile. Les positions actuelles de cette opposition risquent également de faire s'écrouler les acquis socioéconomiques obtenus au fil des ans, a-t-il dit.

Le Ministre a déclaré que les partis d'opposition dans son pays, profitant des évolutions en cours en Afrique du Nord et au Moyen-Orient, avaient « tenté d'user de méthodes antidémocratiques pour se saisir du pouvoir, en se fondant sur les demandes légitimes des jeunes populations ».

En réalité, ces attentes de la jeunesse sont depuis longtemps prises en compte par le gouvernement actuel, a déclaré M. Al-Qirbi. « Je vous le dis, seule la déception et le refus de l'opposition d'accepter les résultats des élections de 2006 expliquent les événements actuels au Yémen », a-t-il déclaré.

Selon le Ministre, malgré l'intransigeance de cette opposition, le Président du Yémen a pris une série de mesures, dont le report des législatives prévues cette année. Il a également mis à l'actif du Chef d'État sa décision de ne pas se représenter à la prochaine présidentielle. « Il est temps que cette crise s'arrête, d'autant plus qu'elle pèse sur l'économie du pays qui a déjà perdu plus d'un milliard de dollars », a-t-il estimé.

La division actuelle ne pourra être surmontée que par la légalité constitutionnelle, a-t-il ajouté, en relevant que le pouvoir avait accepté les termes de l'Initiative du Golfe. Il a exhorté toutes les parties à intégrer cette Initiative et à travailler de façon consensuelle.

Se félicitant ensuite des progrès accomplis par son pays sur les questions des droits de l'homme, M. Al-Qirbi a assuré que les auteurs de violations des droits de l'homme au cours de la crise actuelle seraient tous poursuivis et sanctionnés, comme l'a déjà annoncé le gouvernement du Yémen.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.