Ethiopie : l'ONU recherche 18 millions de dollars pour des réfugiés soudanais

27 septembre 2011

Des agences des Nations Unies ont lancé mardi un appel de fonds pour aider les réfugiés qui fuient vers l'ouest de l'Ethiopie depuis l'Etat du Nil Bleu au Soudan.

L'appel conjoint du Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR), du Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF), du Programme alimentaire mondial (PAM) et de l'Organisation internationale pour les migrations s'élève à 18,3 millions de dollars et vise à aider jusqu'à 35.000 réfugiés, a indiqué un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'une conférence de presse à Genève.

Depuis le début de l'afflux, le 3 septembre dernier, environ 25.000 réfugiés ont déjà trouvé refuge en Ethiopie. Avec la poursuite des hostilités dans l'Etat du Nil Bleu au Soudan, le nombre de réfugiés devrait continuer à augmenter. « De nouveaux bombardements aériens ont été rapportés hier. D'autres avaient déjà eu lieu mercredi et vendredi de la semaine dernière », a souligné M. Edwards.

« La plupart des réfugiés entrent en Ethiopie par la frontière de Kurmuk où, vendredi, 1.500 arrivées ont été signalées. Les réfugiés ont indiqué à notre personnel qu'ils avaient fui les combats près de Damazine, la capitale de l'Etat du Nil Bleu, et qu'ils avaient marché près d'une semaine en quête de sécurité », a-t-il ajouté.

Ces dernières semaines, le HCR a vu des personnes faire des allers et retours des deux côtés de la frontière. Le profil des arrivants évolue : aujourd'hui, ce sont plutôt des familles amenant des effets personnels et leur bétail.

Selon le porte-parole du HCR, la plupart des réfugiés sont installés dans les communautés locales près de Kurmuk. Beaucoup d'entre eux dorment en plein air, ce qui accroît le risque de maladies. La sécurité des réfugiés dans les villages près de Kurmuk est également préoccupante, du fait de la proximité avec des localités au Soudan où les bombardements continuent.

Le HCR et l'Administration chargée des affaires des réfugiés et de rapatriés (ARRA) cherchent à transférer les réfugiés vers le camp de Sherkole, à environ 50 kilomètres vers le sud-est de l'Ethiopie, où des services basiques et une meilleure protection peuvent être assurés. Plus de 3.000 personnes ont déjà été transportées vers le camp et le rythme des transferts devrait s'accroître suite à la demande de la communauté. L'OIM aide à transférer les réfugiés et leurs possessions vers Sherkole.

Avec le nombre croissant d'arrivées, le gouvernement éthiopien a alloué des terrains pour construire deux centres de transit près des principaux passages de la frontière. Le centre de transit de Farmatsore pourrait accueillir environ 3.000 personnes arrivées en Ethiopie par Kurmuk. Le centre de transit d'Adimazin situé près de Gizen a une capacité d'accueil de 5.000 personnes. Un nouveau camp va également ouvrir sur le site de Tonga, en cours de préparation, a précisé Adrian Edwards.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Soudan du Sud : afflux croissant de réfugiés depuis le Kordofan, selon le HCR

Plus de 8.000 civils ont fui vers le Soudan du Sud pour échapper aux combats dans l'Etat du Kordofan méridional au Soudan voisin, a indiqué vendredi le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).