La Syrie dénonce les ingérences étrangères qui alimentent la violence

La Syrie dénonce les ingérences étrangères qui alimentent la violence

Le Ministre syrien des affaires étrangères, Walid Al-Moualem.
Dans un discours prononcé à l'Assemblée générale des Nations Unies, le Ministre des affaires étrangères de la République arabe syrienne, Walid Al-Moualem, a dénoncé lundi les ingérences étrangères qui manipulent les aspirations légitimes du peuple syrien à des réformes politiques, économiques et sociales.

« Les revendications du peuple ont été utilisées comme tremplin par des groupes armés pour semer la discorde et saboter notre sécurité. La Syrie a exercé sa responsabilité de protéger ses citoyens. Le gouvernement a agi pour garantir leur sécurité et la stabilité du pays, » a déclaré M. Moualem en référence à ce qu'il qualifie d'ingérences étrangères.

Le Ministre des affaires étrangères syrien est revenu sur l'annonce le 20 juin par le Président Bachar Al-Assad d'une série de réformes destinées à garantir le pluralisme politique, la liberté de l'information et l'indépendance des médias, la préparation d'élections législatives et une réforme des administrations locales.

« Le Président a annoncé que ces réformes seront mises en œuvre en six mois tout au plus selon un calendrier établi par le gouvernement. Les réformes demandent un dialogue national approfondi pour arriver aux mécanismes et résultats recherchés. Ce dialogue a débuté il y a quelques semaines au niveau régional. Des représentants des différents secteurs de la société syrienne, y compris de l'opposition, se sont réunis pour examiner les composantes politiques, économiques et sociales des réformes proposées, » a dit M. Moualem.

Le Ministre des affaires étrangères syrien a déploré les ingérences étrangères dans le pays à ce moment décisif pour le pays. La Syrie avait attendu un soutien des pays qui l'avaient encouragé à enclencher des réformes, au lieu de quoi certains ont incité à la défiance.

« La violence armée surgit en tandem avec les multiples sanctions économiques. En visant l'économie syrienne avec des sanctions, les Etats-Unis et l'Union européenne mettent en danger les intérêts et les moyens de subsistance du peuple syrien. Cela est incompatible avec les déclarations exprimant leur préoccupation pour les intérêts, la sécurité et les droits du peuple syrien, » a souligné le Ministre des affaires étrangères.

« La Syrie a offert un modèle de coexistence pacifique entre les différentes composantes de la société syrienne à la région. C'est un modèle qui mérite d'être reproduit ailleurs. Nous avons opté pour le sécularisme pour promouvoir l'unité nationale réunissant toute la diversité confessionnelle et ethnique de la région à laquelle appartient la Syrie, une région qui fut le berceau des civilisations humaines et des religions monothéistes. La campagne anti-syrienne injuste qui se déroule sous nos yeux est une attaque contre le modèle de coexistence qui est une source de fierté de notre peuple, » a poursuivi M. Moualem.

Le Ministre syrien des affaires étrangères a promis que la Syrie continuerait d'œuvrer pour la sécurité et la stabilité et pour le processus de réformes qui fera en l'espace de quelques mois de la Syrie un modèle de pluralisme politique et un oasis de coexistence pacifique.

M. Moualem a appelé la communauté internationale à reconnaitre l'indépendance de la Palestine sur le territoire occupé par les Israéliens en 1967 comme un premier pas vers la restauration des droits des Palestiniens. Le Ministre a aussi rappelé le droit inaliénable de son pays à libérer l'ensemble du Golan syrien occupé.

« Notre position pour déclarer le Moyen-Orient comme zone exempte d'armes nucléaires est bien connue. Nous continuerons d'appeler à une pression internationale sur Israël pour que ce pays mette en œuvre les résolutions internationales qui lui demandent d'accéder au Traité de non-prolifération et de soumettre ses installations nucléaires aux contrôles de l'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), » a dit M. Moualem.