Le Sri Lanka assure être sur la voie de la réconciliation

Le Sri Lanka assure être sur la voie de la réconciliation

Le Président du Sri Lanka Mahinda Rajapaksa.
Dans un discours devant l'Assemblée générale des Nations Unies, le Président du Sri Lanka, Mahinda Rajapaksa, a assuré vendredi que son pays, après 30 ans de guerre civile, était sur la voie de la réconciliation et de la stabilité et a appelé les pays en développement à défendre leurs intérêts au sein des organisations internationales.

« Après l'éradication du terrorisme, mon gouvernement a porté une attention exclusive à la construction des fondations d'une nation unie et vibrante grâce à la force inhérente de notre pays », a déclaré le Président du Sri Lanka, Mahinda Rajapaksa, à l'Assemblée générale.

Il s'est félicité qu'après trois décennies de conflit, les Sri Lankais de toutes les ethnies soient débarrassés de la terreur propagée par les Tigres de libération de l'Eelam tamoul.

« Les intérêts des pays en développement doivent être protégés par un respect significatif. Il est vital d'insister sur le fait que les structures et les procédures des organisations multilatérales doivent être uniformes et cohérentes et éviter la discrimination », a déclaré le Président sri-lankais.

« Mon pays à toutes les raisons d'être préoccupé par les approches viciées par un degré inacceptable de sélectivité que nous avons porté à l'attention des organisations en question ces dernières semaines. Les pays en développement doivent rester vigilants contre ces modalités irrégulières qui devraient résister au travers de notre force collective », a-t-il ajouté.

Il a précisé que le relogement de 95% des déplacés internes a été effectué et que la région de la Province du Nord, extrêmement affectée par plusieurs décennies de conflits, est aujourd'hui engagée dans le développement d'infrastructures et le relèvement économique.

« Il est important de noter que tous ces développements se sont déroulés sur une période de 30 mois, une réalisation d'autant plus significative grâce à notre insistance en faveur de la réconciliation », a expliqué M. Rajapaksa.

Il a souligné que ces deux dernières années, les autorités sri lankaises ont recruté 669 agents de police tamouls, ce qui porte le nombre d'officiers de police tamouls à 1.143.

« Avec toutes ces réalisations ce que nous voyons au Sri Lanka c'est une nation résiliente, dotée d'un espoir robuste et d'une forte économie », a-t-il déclaré.

Le 13 septembre dernier, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a envoyé le rapport de son panel consultatif d'experts sur les questions de responsabilité lors de la dernière phase de la guerre civile au Sri Lanka à la Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, et à la Présidente du Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, Laura Dupuy Lasserre.

Dans ce rapport rendu public fin avril, le panel d'experts nommé par le Secrétaire général de l'ONU estime crédibles les accusations de violations graves des droits de l'homme au Sri Lanka par les rebelles tamouls et les forces gouvernementales au cours des derniers mois de la guerre civile en 2009. Ce panel considère que certaines de ces violations pourraient constituer des crimes de guerre et des crimes contre l'humanité.

Les forces gouvernementales sri lankaises ont déclaré victoire en 2009 sur les Tigres de libération de l'Eelam tamoul, mettant fin à une guerre civile ayant duré près de trente ans et tué des dizaines de milliers de personnes.