Changements climatiques : l'ONU appelle les Etats à remplir leurs promesses

Changements climatiques : l'ONU appelle les Etats à remplir leurs promesses

Les glaciers fondent en raison du changement climatique.
La plus haute responsable des Nations Unies sur les changements climatiques, Christiana Figueres, a appelé lundi les gouvernements à remplir leurs promesses d'évoluer vers des économies faibles en carbone en réponse aux changements climatiques.

La plus haute responsable des Nations Unies sur les changements climatiques, Christiana Figueres, a appelé lundi les gouvernements à remplir leurs promesses d'évoluer vers des économies faibles en carbone en réponse aux changements climatiques.

« Le monde attend vraiment des gouvernements qu'ils prennent à Durban de nouvelles mesures importantes pour mettre en œuvre un système global efficace répondant aux changements climatiques », a dit Mme Figueres, Secrétaire exécutive de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC). Elle faisait référence à la prochaine Conférence des Nations Unies sur le climat qui doit avoir lieu à Durban, en Afrique du Sud à la fin de l'année, du 28 novembre au 9 décembre.

S'exprimant lors d'une conférence de presse au siège de l'ONU à New York, Mme Figueres a détaillé les quatre sujets sur lesquels elle souhaite que les gouvernements fassent des progrès lors de cette réunion.

Il faudrait que les gouvernements se mettent d'accord sur ce qui prendra la suite du Protocole du Kyoto, qui contient des mesures légalement contraignantes pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et arrive à expiration l'année prochaine.

Selon Mme Figueres, les gouvernements doivent également définir les règles permettant d'assurer le suivi des efforts en matière de lutte contre le changement climatiques et déterminer s'ils sont suffisants pour maintenir le réchauffement climatique sous les 2 degrés Celsius.

D'après les accords adoptés à Cancun, au Mexique, l'an dernier, les parties à la CCNUCC ont décidé qu'ils commenceraient ce suivi à partir de 2013. Les règles de ce suivi doivent toutefois être décidées pour garantir qu'il ait une ferme base scientifique.

La Conférence de Durban doit également permettre de clarifier les questions de financement, notamment le Fonds vert sur le climat et le processus pour arriver aux 100 milliards de dollars par an promis à Cancun d'ici à 2020, a précisé Mme Figueres.

Les gouvernements devront enfin rendre opérationnel le nouveau mécanisme technologique sur les changements climatiques convenu à Cancun, ainsi que le comité d'adaptation.

Mme Figueres a précisé que les Présidents du Mexique et d'Afrique du Sud consulteront les autres chefs d'Etat réunis à New York sur ces quatre sujets qui sont politiquement les plus conflictuels dans les négociations sur le climat