Un expert de l'ONU exhorte la Moldova à promouvoir la liberté de culte

9 septembre 2011

Le Rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté des cultes, Heiner Bielefeldt, a terminé vendredi sa visite en République de Moldova et sa région du Transnistrie pour identifier les bonnes pratiques et les obstacles à la liberté des cultes qui subsistent.

Le Rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté des cultes, Heiner Bielefeldt, a terminé vendredi sa visite en République de Moldova et sa région du Transnistrie pour identifier les bonnes pratiques et les obstacles à la liberté des cultes qui subsistent.

« Des progrès notables ont été faits dans le domaine des droits de l'homme en Moldova, y compris en ce qui concerne la liberté de cultes et des croyances. Les personnes avec qui j'ai parlé apprécient qu'ils peuvent exercer leur culte comme ils le souhaitent par rapport à la répression sous l'ère soviétique », a déclaré M. Bielefeldt alors qu'il évoquait les premières conclusions de sa mission.

Il reste néanmoins des points de critiques, notamment en ce qui concerne la place dominante et privilégiée de l'église orthodoxe, en contradiction avec la garantie constitutionnelle d'un Etat laïc. De nombreux moldaves voient l'église orthodoxe et le christianisme orthodoxe comme la base de l'identité moldave, et certains groupes vont bien plus loin en demandant que les fidèles d'autres cultes soient marginalisés.

« Même si ces groupes extrémistes semblent être très minoritaires, ils ne sont pas très critiqués par l'église ce qui pourrait donner l'impression qu'ils parlent pour l'église et pour la communauté orthodoxe et qu'ils bénéficient de l'approbation au moins tacite de l'administration ecclésiastique », a expliqué M. Bielefeldt.

Afin d'améliorer les conditions d'une pleine liberté de culte et de croyances, il faudrait développer une culture d'appréciation de la diversité. Le Rapporteur spécial de l'ONU sur la liberté des cultes encourage donc le gouvernement à formuler une loi contre la discrimination et à investir dans l'éducation civique.

« J'ai rencontré de nombreuses expressions de bonne volonté et d'exemples d'engagement positifs qui me permettent d'être optimiste sur les perspectives de la Moldavie en matière des droits de l'homme », a conclu M. Bielefeldt.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

La Moldova, 114ème Etat à reconnaître la Cour pénale internationale

La République de Moldova a ratifié mardi le Statut de Rome de la Cour pénale internationale (CPI). Le Statut entrera en vigueur pour la Moldova le 1er janvier 2011, portant à 114 le nombre total d'États parties au Statut de Rome.