L'ONU condamne un double attentat à Quetta au Pakistan

8 septembre 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a vivement condamné jeudi le double attentat à bombe qui a visé mercredi des officiers du « Frontier Corps » à Quetta, dans la province du Balouchistan, au Pakistan, et a fait de nombreux morts et blessés.

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a vivement condamné jeudi le double attentat à bombe qui a visé mercredi des officiers du « Frontier Corps » à Quetta, dans la province du Balouchistan, au Pakistan, et a fait de nombreux morts et blessés.

« Le Secrétaire général est profondément attristé par les pertes en vies humaines pakistanaises dues du terrorisme », a dit son porte-parole dans une déclaration à la presse.

Ban Ki-moon « salue les efforts du gouvernement pakistanais pour combattre le terrorisme et souhaite réaffirmer la solidarité des Nations Unies avec le peuple du Pakistan dans ce domaine », a-t-il ajouté.

Le Secrétaire général a présenté ses condoléances aux familles des victimes et au gouvernement du Pakistan.

Selon la presse, au moins 21 personnes, dont un officier de haut rang de l'armée pakistanaise, ont été tuées dans ce double attentat à la bombe qui a visé le Frontier Corps, une force paramilitaire commandée par des officiers de l'armée et stationnée dans la province du Balouchistan. Au moins 30 autres personnes ont été blessées dans les explosions.

Le Pakistan est en proie à une vague d'attentats perpétrés essentiellement par les Talibans alliés à Al-Qaïda, et qui a tué plus de 4.600 personnes ces quatre dernières années.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU condamne un attentat contre une mosquée dans le nord-ouest du Pakistan

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a condamné dans les termes les plus forts possibles l'attaque suicide qui a visé une mosquée lors de la prière du vendredi dans la région tribale de Khyber, au nord-ouest du Pakistan, et a causé la mort de plus de 40 personnes et blessé une centaine d'autres.