L'ONU réaffirme l'importance d'une interdiction complète des essais nucléaires

2 septembre 2011

À l'occasion d'une réunion spéciale de l'Assemblée générale des Nations Unies sur la question des essais nucléaires, la Vice Secrétaire générale de l'ONU, Asha-Rose Migiro, a salué la décision du Kazakhstan il y a 20 ans de fermer le complexe d'essais d'armes nucléaires à Semipalatinsk et a rappelé la nécessité d'une interdiction complète des essais nucléaires à travers le monde.

À l'occasion d'une réunion spéciale de l'Assemblée générale des Nations Unies sur la question des essais nucléaires, la Vice Secrétaire générale de l'ONU, Asha-Rose Migiro, a salué la décision du Kazakhstan il y a 20 ans de fermer le complexe d'essais d'armes nucléaires à Semipalatinsk et a rappelé la nécessité d'une interdiction complète des essais nucléaires à travers le monde.

« Sur ce site, 500 essais d'armes nucléaires ont été effectués et ont exposé des civils aux effets néfastes de la radiation nucléaire et ont entraîné une dégradation environnementale et de grandes pertes économiques. Je souhaite exprimer mon soutien au gouvernement et au peuple de Kazakhstan qui surmontent les effets de ces tests », a déclaré Mme Migiro dans un discours lors de cette réunion commémorant la Journée internationale contre les essais nucléaires.

La Journée internationale contre les essais nucléaires, commémorée le 29 août, est une occasion de mettre en avant l'importance et l'urgence d'un monde sans essais nucléaires et sans armes nucléaires. Il existe un grand potentiel pour atteindre cet objectif, mais pour cela il est nécessaire de redoubler d'efforts pour utiliser la dynamique qui existe actuellement. Les moratoires volontaires de la part des nations qui disposent d'armes nucléaires sont positifs, mais ne constituent en aucun cas une alternative à la prohibition légale, selon Mme Migiro.

« J'encourage tous les Etats qui n'ont pas encore ratifié le Traité d'interdiction complète des essais nucléaires de le faire au plus vite. Il est temps que ce traité entre en vigueur. Cela donnerait un nouvel élan à l'opposition mondiale contre les armes nucléaires », a souligné la Vice Secrétaire générale.

De son côté, le Président de l'Assemblée générale des Nations Unies, Joseph Deiss, a rappelé que les armes nucléaires étaient utilisées comme un moyen de dissuasion sous la guerre froide et que les essais servaient à développer les technologies et étaient une démonstration de force. Les essais, qu'ils soient faits sous la terre, sous la mer ou dans les airs, ont eu des conséquences dramatiques puisqu'ils ont entraîné des maladies, empoisonné la chaîne alimentaire et contaminé les eaux et les écosystèmes et les effets se font encore sentir à ce jour.

« Les essais nucléaires, et en définitive, les armes nucléaires représentent une menace pour les populations civiles. Cela ne peut être nié. Les essais nucléaires impliquent l'acceptation de conséquences potentielles énormes pour les populations et sont donc en contradiction avec les principes des Nations Unies », a affirmé M. Deiss

Lors de la conférence sur la promotion des instruments mondiaux en matière de non-prolifération et de désarmement qui a eu lieu au mois de mai, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon a déclaré que « tous les États Membres ont un intérêt commun dans l'édification d'un monde où l'emploi d'armes nucléaires est non seulement improbable, mais impossible ». « Je m'engage pleinement à libérer l'humanité de la terreur des armes de destruction massive », avait-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.