Le HCR envoie 240 tonnes d'aide en Somalie pour les fêtes de l'Aïd

30 août 2011

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé mardi qu'il allait acheminer par avion-cargo 240 tonnes de matériel d'aide humanitaire depuis l'Arabie saoudite vers la Somalie pour la période de l'Aïd al-Fitr, qui marque la fin de la période de jeûne du Ramadan pour les Musulmans.

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a annoncé mardi qu'il allait acheminer par avion-cargo 240 tonnes de matériel d'aide humanitaire depuis l'Arabie saoudite vers la Somalie pour la période de l'Aïd al-Fitr, qui marque la fin de la période de jeûne du Ramadan pour les Musulmans.

L'assistance comprend des marchandises non périssables et des colis pour l'Aïd contenant des denrées alimentaires prêtes à être consommées, du jus d'orange, des bonbons et des biscuits, a indiqué un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'une conférence de presse à Genève.

« Notre partenaire Islamic Relief distribuera ces colis aux déplacés somaliens et aux personnes démunies vivant à Mogadiscio et dans la région du Bas Shabelle », a-t-il précisé.

L'objectif reste de fournir autant d'aide que possible à l'intérieur de la Somalie pour que les personnes affectées par la famine et le conflit n'ait pas à entreprendre le voyage périlleux vers les pays voisins en quête d'assistance.

Le chef du HCR, António Guterres, a débuté mardi une visite de trois jours dans la Corne de l'Afrique en signe de solidarité avec les Somaliens déracinés pour l'Aïd el-Fitr.

S'exprimant à Dollow, une ville à la frontière entre la Somalie et l'Ethiopie, M. Guterres a indiqué que le HCR assistait environ 850.000 réfugiés somaliens dans les pays voisins.

« Nous ne devrions pas avoir pour objectif de vider la Somalie, mais plutôt de tout faire pour fournir de l'aide à l'intérieur (du pays) », a-t-il dit.

« Les Somaliens devraient avoir le droit de choisir de rester dans leur propre pays », a ajouté M. Guterres, appelant toutes les parties à mettre fin à la violence, à respecter le droit humanitaire et à autoriser l'accès aux gens dans le besoin.

Alors que l'afflux des Somaliens en Ethiopie et au Kenya s'est ralenti, les camps sont toujours confrontés à de nombreux défis avec les récents arrivants.

Dans la zone de Dollo Ado en Ethiopie, le camp de Kobe a observé une légère baisse du taux global de mortalité. Toutefois on observe une augmentation inquiétante du taux de mortalité parmi les enfants de moins de cinq ans, a dit le porte-parole du HCR.

« Selon notre partenaire MSF, la rougeole est toujours la cause principale des décès dans le camp de Kobe, avec 68% des décès. D'autres facteurs sont la malnutrition, la pneumonie et la diarrhée », a-t-il ajouté.

Un avion-cargo du HCR a atterri à Addis Abeba le week-end dernier, apportant de l'aide pour 20.000 réfugiés somaliens dans la région de Gode, à 250 kilomètres au nord-est de Dollo Ado. Des camions ont été chargés avec du matériel humanitaire comme des bâches en plastique, des couvertures et des matelas.Cela pourrait leur prendre quatre jours pour couvrir une distance de 1.400 kilomètres sur des routes pour la plupart impraticables durant l'actuelle saison des pluies.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Somalie : le monde doit sauver toute une génération de la famine, selon l'ONU

Des dirigeants africains se sont réunis jeudi à Addis Abeba, en Ethiopie, pour une conférence de collecte de fonds en faveur de la Somalie, où des milliers de personnes sont déjà mortes de faim et 3,2 millions sont menacées par la famine. L'ONU a averti que la crise va au-delà de la faim et affecte les questions de santé, de protection et de subsistance.