L'ONU déterminée à poursuivre sa mission après un attentat contre elle au Nigéria

30 août 2011

L'attentat meurtrier qui a visé le bâtiment des Nations Unies à Abuja, la capitale du Nigéria, le 26 août, ne dissuadera pas l'ONU de poursuivre sa mission, a assuré mardi le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

L'attentat meurtrier qui a visé le bâtiment des Nations Unies à Abuja, la capitale du Nigéria, le 26 août, ne dissuadera pas l'ONU de poursuivre sa mission, a assuré mardi le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.

Au total 23 personnes ont été tuées dans cet attentat, dont 11 employés des Nations Unies, et notamment une jeune Norvégienne, Ingrid Midtgaard, originaire d'Oslo. Plus de 80 personnes ont été blessées, a précisé le Secrétaire général au début d'un exposé sur la Libye devant le Conseil de sécurité de l'ONU.

L'attaque a été perpétrée par un kamikaze qui conduisait un véhicule bourré d'explosifs. Elle a été revendiquée par un groupe islamiste appelé Boko Haram, a-t-il précisé.

« Il s'agit de la deuxième attaque terroriste d'importance contre des locaux des Nations Unies cette année. La première était à Mazar-i-Sharif (en Afghanistan), où sept personnes ont été tuées, dont trois employés de l'ONU », a ajouté le Secrétaire général.

Selon lui, l'attaque semble être la première de cette nature contre une institution internationale ou étrangère au Nigéria.

La Vice Secrétaire générale de l'ONU, Asha-Rose Migiro, et le chef de la sécurité de l'ONU, le Secrétaire général adjoint Gregory Starr, se sont rendus à Abuja ce weekend et sont revenus lundi à New York.

Selon Ban Ki-moon, l'attentat va nécessiter une sérieuse réévaluation de la sécurité des locaux des Nations Unies, pas seulement au Nigéria et dans les endroits à risque, mais dans le monde entier. La Maison de l'ONU à Abuja, qui abrite 26 agences et programmes des Nations Unies, est en effet une structure bien construite avec des mesures de sécurité robustes, a-t-il noté.

« Nous allons mener un examen complet de l'incident lui-même et de nos mesures de sécurité à la Maison de l'ONU. Nous allons également lancer rapidement un examen de la menace globale. Je partagerai les résultats avec vous à la première occasion », a dit Ban Ki-moon aux membres du Conseil de sécurité.

« En attendant, nous faisons tout notre possible pour assister les victimes et leurs familles, » a-t-il ajouté, précisant que Mme Migiro discuterait jeudi de la tragédie avec les employés de l'ONU à New York.

« Clairement, l'ONU et ses employés sont visés de plus en plus souvent par des terroristes à travers le monde. Trop souvent, apparemment, nous sommes considérés comme une cible 'facile' », a souligné le Secrétaire général.

« Nous devons tirer les leçons apprises à Abuja. Et ensemble, nous devons engager les efforts et les ressources pour les mettre en œuvre. Notre objectif doit être de rester, pas de partir, dans des conditions de sécurité difficiles. Nous devons continuer à mener notre travail vital, pas nous enfermer dans des forteresses. Nous devons gérer le risque, pas devenir opposés au risque », a-t-il conclu.

Lors d'une séance de l'Assemblée générale des Nations Unies mardi après-midi sur l'attentat à Abuja, le Secrétaire général a ajouté que l'attaque était "un signe clair que les groupes extrémistes opposés aux objectifs et aux idéaux des Nations Unies nous attaquerons même dans des endroits où nous considérons que la menace est relativement faible".

"Cela signifie que la formation spécialisée pour les employés dans les endroits où la menace est élevée pourrait devoit être dupliquée dans les endroits où la menace est faible", a-t-il dit.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Attentat contre l'ONU au Nigéria, la Vice Secrétaire générale envoyée sur place

Un attentat meurtrier a visé le bâtiment de l'ONU à Abuja, au Nigéria, un acte condamné par le Conseil de sécurité et le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon.