50e anniversaire de la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie

30 août 2011

Alors que la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie fêtait mardi son 50e anniversaire, le nombre d'Etats signataires de ce traité – tout juste 38 Etats sur les 193 Etats membres des Nations Unies – reste limité, a souligné le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR).

« Des millions de personnes à travers le monde continuent de subir les conséquences d'une vie sans nationalité. Or à une période de mobilité accrue de la main d'œuvre, les risques de perte de la nationalité grandissent pour beaucoup, et les enfants en particulier », a dit un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'une conférence de presse à Genève.

Il y a cinq jours, le HCR a lancé une campagne mondiale pour lutter contre l'apatridie. « Nous attendons de certains Etats qu'ils adhèrent aux deux Conventions sur l'apatridie cette année ou qu'ils s'engagent à le faire lors de la conférence ministérielle d'Etats membres des Nations Unies qui sera organisée à Genève en décembre [les deux conventions sont la Convention de 1954 relative au statut des apatrides et la Convention de 1961 sur la réduction des cas d'apatridie] », a dit le porte-parole.

« Néanmoins nous réitérons aujourd'hui notre appel aux gouvernements, aux défenseurs des droits des apatrides, aux médias et aux particuliers afin qu'ils redoublent d'efforts et que davantage d'Etats deviennent signataires des Conventions sur l'apatridie, réforment leurs lois sur la nationalité et résolvent ce problème. Chacun devrait avoir une nationalité. C'est un droit fondamental », a-t-il ajouté.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le HCR lance une campagne pour aider 12 millions d'apatrides à travers le monde

Le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a lancé jeudi une campagne visant à faire connaître le sort des 12 millions d'apatrides dans le monde. Les apatrides ne sont techniquement citoyens d'aucun pays, ils se voient donc souvent refuser les droits fondamentaux et l'accès à l'emploi, au logement, à l'éducation et aux soins de santé.