Kosovo : l'ONU appelle au dialogue après les tensions en juillet avec la Serbie

30 août 2011

Suite aux incidents violents qui ont éclaté en juillet dernier au nord du Kosovo, le Représentant spécial par intérim de l'ONU pour le Kosovo, Farid Zarif, a appelé mardi devant le Conseil de sécurité les dirigeants kosovars et serbes, ainsi que les partenaires internationaux, à travailler ensemble afin de faire progresser le dialogue.

« Nous devons tous travailler ensemble pour éviter une plus grande détérioration de la situation et permettre que des progrès soient faits grâce au dialogue », a déclaré mardi M. Zarif lors d'une présentation de la situation devant les membres du Conseil de sécurité.

« Les dirigeants de Pristina et Belgrade ont pour responsabilité de servir d'exemple et de démontrer en terme pratique leur confiance dans le dialogue en tant que moyen pour résoudre les différends », a-t-il ajouté.

A la mi-juillet, la sixième session de dialogue entre Pristina et Belgrade a été reportée notamment à cause d'un désaccord sur les timbres douaniers du Kosovo. Le 20 juillet dernier, Pristina a annoncé un embargo sur les marchandises serbes. Le 25 juillet, sans coordination avec les missions internationales sur place, les autorités kosovares ont tenté de déployer des membres de leur unité spéciale de police au nord du pays aux deux points de passages avec la Serbie que les douanes kosovares ne contrôlaient pas.

« Le Premier ministre kosovar, Hashim Thaci, a expliqué que la raison de cette action était d'établir l'état de droit, y compris sur les douanes du Kosovo aux frontières du nord ainsi que de faire respecter l'embargo sur les marchandises venant de Serbie », a expliqué le Représentant spécial.

Après une médiation des Forces internationales de sécurité au Kosovo (KFOR), un accord a émergé. La KFOR sera responsable des points de passages litigieux au moins jusqu'au 15 septembre prochain le temps de régler la situation entre les deux parties notamment lors d'une réunion qui se tiendra à Bruxelles le 2 septembre sous l'égide de l'Union européenne.

« Même si la situation a été contenue et les pertes en vies humaines évitées, nous devons prendre note que les événements qui se sont déroulés au nord du Kosovo le mois dernier constituent les incidents les plus graves depuis les violences de 2008, qui ont coûté la vie à un officier de police internationale et provoqué de nombreux blessés », a dit M. Zarif.

La Mission d'administration intérimaire des Nations Unies au Kosovo (MINUK) reste mobilisée afin de soutenir les efforts de réconciliation, a indiqué le Représentant spécial, soulignant que les tensions intercommunautaires risquent de saper les efforts de paix et de développement économique et social.

« J'appelle la communauté internationale à continuer de soutenir le travail que les Nations Unies sont en train de faire pour reconstruire la confiance et la réconciliation », a conclu M. Zarif.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Kosovo : Ban Ki-moon appelle au calme et au dialogue

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rencontré vendredi le Représentant de l'autorité du Kosovo,Enver Hoxhaj, et a exprimé son inquiétude sur la détérioration de la situation dans le Nord du Kosovo. Il a appelé les parties au calme et au dialogue.