Darfour : Ban Ki-moon salue l'amnistie de cheikhs protégés par la MINUAD

29 août 2011

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a salué lundi la décision du gouvernement du Soudan d'amnistier cinq cheikhs locaux qui étaient réfugiés dans les locaux de l'Opération conjointe de l'Union Africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD) par peur d'être arrêtés pour des allégations de crimes.

« Les cheikhs, qui sont retournés dans leur maison aujourd'hui, étaient sous la protection de la MINUAD après l'irruption de violence en juillet de l'année dernière dans le camp de déplacés internes de Kalma », dans le Sud Darfour, a précisé le porte parole du Secrétaire général de l'ONU dans un communiqué de presse.

Le Chef de l'ONU s'est dit satisfait du retour des cheikhs auprès de leur famille juste à temps pour célébrer l'Aïd El-Fitr, qui marque la fin du Ramadan, le mois du jeûne des musulmans. Il a exhorté les chefs communautaires et les membres du camp à éviter tout acte de violence.

Les cheikhs avaient cherché refuge dans le centre de police à proximité de la MINUAD à l'extérieur du camp de déplacés de Kalma suite aux violences qui ont éclaté en juillet 2010. Les autorités du Sud Darfour avaient demandé à la MINUAD de leur remettre ces personnes.

Les cheikhs avaient affirmé craindre pour leurs vies, et la MINUAD avait refusé de les remettre aux autorités en se référant à son mandat qui exige une procédure régulière et le respect des droits de l'homme en toutes circonstances.

Le Représentant spécial conjoint de l'Union africaine et de l'ONU pour le Darfour, Ibrahim Gambari, a fait part dimanche de sa reconnaissance envers les autorités soudanaises pour avoir amnistié les cinq cheikhs.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : amnistie pour cinq cheikhs réfugiés dans les locaux de la MINUAD

Le Représentant spécial conjoint de l'Union africaine et de l'ONU pour le Darfour, Ibrahim Gambari, a fait part dimanche de sa reconnaissance envers les autorités soudanaises pour avoir amnistié cinq cheikhs locaux qui depuis plus d'un an étaient réfugiés dans les locaux de l'Opération conjointe de l'Union Africaine et des Nations Unies au Darfour (MINUAD) par peur d'être arrêtés pour des crimes présumés.