Soudan du Sud : l'ONU déploie des casques bleus dans le Jonglei

26 août 2011

La Mission des Nations Unies au Soudan du Sud (MINUSS) a annoncé vendredi le déploiement de casques bleus et d'experts civils dans les zones instables de la province de Jonglei, où des affrontements intercommunautaires meurtriers ont lieu récemment.

Les casques bleus vont travailler étroitement avec l'armée du Soudan du sud, qui a aussi déployé des troupes dans ces zones, pour empêcher toutes manifestations violentes, a précisé la MINUSS dans un communiqué.

Le personnel civil de la MINUSS aura un rôle de soutien aux efforts pour une réconciliation locale. Selon les informations disponibles, 600 personnes auraient perdu la vie et des dizaines de milliers de têtes de bétail auraient été volées depuis le 19 août lors d'affrontements opposant les communautés Murle et Lou Nuer dans le comté d'Uror.

« Je réitère mon appel aux parties prenantes à faire preuve de retenue. Les efforts de réconciliation doivent redoubler. Le personnel civil de la MINUSS tend la main aux chefs communautaires dans les zones affectées pour soutenir ce processus. Nous sommes prêts à soutenir le gouvernement et les autorités régionales dans toutes leurs actions pour rétablir la paix et la stabilité. Nous déployons des casques bleus supplémentaires en équipes mobiles dans les zones les plus instables de l'Etat de Jonglei pour soutenir ces efforts. La sécurité des populations est primordiale, » a déclaré la Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour le Soudan du Sud, Hilde Johnson.

Des vols de reconnaissance au-dessus des zones affectées par le conflit sont effectués quotidiennement par la MINUSS. Ils permettront de connaître la situation au sol et aideront à éviter de nouvelles éruptions de violence.

De son côté, le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé vendredi sa préoccupation sur les affrontements, qui en plus des 600 morts auraient blessé plus de 850 personnes. 200 enfants auraient été enlevés et plus de 7.900 maisons auraient été brûlées, causant le déplacement de quelques 26.000 personnes.

« La Haut commissaire [au droits de l'homme Navi Pillay] appelle le gouvernement du Soudan du Sud à prendre les mesures nécessaires pour rétablir le calme dans le comté d'Uror et assurer la protection des populations civiles. Elle se réjouit de la décision du gouvernement du Soudan du Sud à mettre en place une commission d'enquête et à déployer des troupes qui auront un effet dissuasif contre la violence, » a dit le porte parole du HCDH, Rupert Colville.

Le HCDH a rappelé que la population civile du Soudan du Sud est la première victime des faiblesses institutionnelles, y compris le manque de forces de l'ordre suffisamment formées.

« La Haut commissaire exhorte le gouvernement à travailler avec les deux communautés pour promouvoir la réconciliation et rappelle que le gouvernement a pour responsabilité de protéger la population, d'assurer une bonne gouvernance, d'appliquer les lois et de garantir le respect des droits de l'homme. Il est également tenu de prendre les mesures nécessaires pour éviter des affrontements intercommunautaires qui risquent de déstabiliser le pays, » a ajouté M. Colville.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Ban Ki-moon appelle le Soudan du Sud à restaurer la sécurité dans le Jonglei

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a appelé mardi le gouvernement du Soudan du Sud à restaurer la sécurité dans l'Etat de Jonglei, où des affrontements meurtriers ont fait au moins 600 morts en quelques jours.