L'ONU appelle au calme dans la bande de Gaza et le sud d'Israël

25 août 2011

Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient, Robert Serry, a exprimé jeudi sa profonde inquiétude sur la situation dans la bande de Gaza et le sud d'Israël après une série d'incidents.

« Le calme récemment établi risque d'être rompu à cause de la multiplication d'incidents », a-t-il déclaré dans un communiqué de presse, en ajoutant qu'il déplorait la mort de civils.

Selon M. Serry, il faut que le lancement de roquettes de Gaza cesse complètement et que Israël fasse preuve de la plus grande retenue afin de protéger les civils et pour que le calme s'installe.

Le Coordonnateur spécial demande aux parties prenantes de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour éviter une nouvelle dégradation de la situation.

Selon la presse, trois Palestiniens ont été tués lors de raids aériens israéliens durant la nuit de mercredi à jeudi 25 août dans la bande de Gaza. Ces nouvelles attaques portent à six le nombre de victimes en 24 heures. Ces raids israéliens ont été lancés après plusieurs tirs de roquette vers le sud d'Israël, qui n'ont pas fait de victime.

De son côté, le Secrétaire général adjoint des Nations Unies aux affaires politiques, B. Lynn Pascoe, a estimé lors d’un d’exposé jeudi devant le Conseil de sécurité sur la situation au Moyen-Orient que la résurgence de la violence montrait qu’il était urgent d’avancer dans les négociations.

« Mettre un terme au conflit israélo-palestinien et créer un Etat palestinien indépendant et viable dans la sécurité et la paix avec Israël a déjà trop tardé. Dans un contexte de bouleversements rapides dans la région, des progrès significatifs vers ces objectifs sont urgents », a déclaré M. Pascoe. Selon lui, la méfiance s’accroît entre Israéliens et Palestiniens.

Le Secrétaire général adjoint a cité les évènements récents qui ont frappé la région comme « un rappel brutal de la fragilité de la situation ». Il a ajouté que « le statu quo est néfaste pour les deux côtés et ne pourra pas durer ».

M. Pascoe a qualifié le lancement de roquettes de la part de militants à Gaza de « violence aveugle » inacceptable contre des zones d’habitations de civils. Il a fait part de sa « profonde préoccupation » au sujet du développement de colonies israéliennes en territoire palestinien occupé, y compris les 5.200 nouvelles unités de logements dans la partie est de Jérusalem sous occupation, ce qui est contraire au droit international.

Les Palestiniens ont refusé de reprendre les négociations avec Israël à moins que ces derniers arrêtent la colonisation du territoire occupé. Les Palestiniens veulent proclamer leur Etat avec Jérusalem-Est comme capitale et demander à l’Assemblée générale de l’ONU et au Conseil de sécurité de leur accorder le statut de pays membre de l’ONU, et ce malgré l’opposition d’Israël.

« Nous espérons que la communauté internationale réussira à trouver un chemin équilibré vers un compromis légitime entre les deux parties prenantes pour aboutir à la solution de deux Etats », a indiqué M. Pascoe.

Il a salué les efforts entrepris par l’Autorité palestinienne pour construire les fondations d’un Etat, avec des réalisations économiques et sécuritaires tangibles, et a demandé aux bailleurs de fonds d’apporter un soutien « rapide et généreux » de 250 millions de dollars dont l’Autorité palestinienne a besoin pour respecter ses engagements envers sa population.

Sur la situation à Gaza, M. Pascoe a dit que les importations ont augmenté de 12% depuis un mois, ce qu’il a qualifié d’ « un pas dans la bonne direction », même si le blocus israélien reste en vigueur. « L’amélioration des conditions de vie à Gaza reste une priorité pour les Nations Unies », a rappelé Le Secrétaire général adjoint.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Le Quatuor condamne les attentats du 18 août dans le sud d'Israël

Le Quatuor sur le Moyen-Orient (Nations Unies, Russie, Etats-Unis, Union européenne) a condamné samedi dans les termes les plus forts les attaques perpétrées dans le sud d'Israël le 18 août et tous les actes de terrorisme.