L'ONU lance une initiative pour éviter les épidémies en Somalie

Une femme somalienne avec son enfant.
Une femme somalienne avec son enfant.

L'ONU lance une initiative pour éviter les épidémies en Somalie

L'Organisation mondiale de la santé (OMS) et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) ont dévoilé jeudi une initiative élargissant leurs programmes en matière d'eau, d'assainissement et d'hygiène pour éviter la propagation d'épidémies en Somalie.

La combinaison de mauvaises conditions sanitaires, d'une pénurie d'eau potable, du surpeuplement et d'une forte prévalence de la malnutrition forme les conditions idéales pour le développement de maladies infectieuses comme le choléra ou la pneumonie. Ces maladies peuvent tuer de nombreuses personnes déjà affaiblies par la famine. 75% des cas de diarrhée aqueuse touchent des enfants âgés de moins de cinq ans.

« Notre objectif majeur est de détecter et surveiller les nouveaux cas dans les nombreux campements informels habités par des personnes déplacées dans et autour de Mogadiscio. Pendant les cinq dernières années, un réseau de personnel soignant faisait des rapports au système de détection précoce. Ils dépendent pour cela de cliniques mobiles ou de quartier. Le grand nombre de personnes déplacées qui sont aujourd'hui à Mogadiscio ont rendu ce travail très difficile. Nous avons donc besoin de toute urgence de cliniques mobiles supplémentaires », a déclaré la Représentante de l'OMS en Somalie, le Dr. Marthe Everard.

La dernière épidémie de choléra importante en Somalie remonte à 2007 avec 67.000 cas détectés. Depuis, les efforts fournis pour ajouter du chlore dans les réservoirs d'eau potable de la capitale somalienne et améliorer l'hygiène et l'assainissement ont empêché de nouvelles épidémies.

L'arrivée à Mogadiscio de plus de 100.000 déplacés cette année qui a fait passer le nombre de déplacés dans la ville à 470.000 selon les estimations, fait que nombreux sont ceux qui n'ont pas accès à de l'eau propre, ce qui fait que le risque de propagation d'épidémies est élevé.

« Un enfant ne devrait pas mourir de diarrhée, mais cela arrive pour beaucoup d'enfants somaliens qui sont sévèrement affaiblis par la malnutrition. Ces types de maladies peuvent être prévenus et traités rapidement, mais pour sauver la vie des enfants, nous avons besoin d'eau potable propre, d'assainissement, de davantage d'hygiène et d'un accès aux soins de santé primaire. Cela fait partie de notre stratégie d'urgence », a expliqué la Représentante de l'UNICEF en Somalie, Rozanne Chorlton.

Les organisations onusiennes et leurs partenaires vont accroître leurs interventions pour ajouter du chlore aux points d'eau, et améliorer les installations d'assainissement et distribuer de l'équipement hygiénique comme du savon, des seaux ou encore des tablettes de purification d'eau. Cela sera accompagné par une campagne de sensibilisation et d'information pour encourager les bonnes pratiques comme le fait de se laver les mains fréquemment avec du savon ou encore se débarrasser convenablement des déchets.