Les attaques aériennes doivent éviter de tuer des civils, rappelle l'ONU

Radhika Coomaraswamy. Photo ONU/E. Debebe
Radhika Coomaraswamy. Photo ONU/E. Debebe

Les attaques aériennes doivent éviter de tuer des civils, rappelle l'ONU

La Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour les enfants et les conflits armés, Radikha Coomaraswamy, a mercredi fait part de sa préoccupation sur le nombre important de victimes civiles, en particulier des femmes et des enfants, dans des attaques aériennes, notamment par des drones sans équipages.

« Malgré les multiples assurances reçues que des procédures standards opérationnelles sont mises en place pour éviter des victimes civiles dans les opérations aériennes, je reçois de nombreuse informations sur des victimes civiles, y compris des femmes et des enfants », a déclaré Mme Coomaraswamy.

La Représentante spéciale du Secrétaire général exhorte toutes les forces armées internationales à redoubler de vigilance et d'efforts pour éviter de tuer des civils et souligne l'importance d'assurer leur protection.

Depuis le Sommet mondial pour les enfants en 1990, les Nations Unies cherchent à attirer l'attention de la communauté internationale sur les souffrances des enfants dans les conflits armés. Le bureau du Représentant spécial pour les enfants et les conflits armés a été créé en 1996 pour que les enfants victimes de ce fléau disposent d'un défenseur indépendant.

Le Représentant spécial du Secrétaire général de l'ONU pour les enfants et les conflits armés travaille avec des partenaires pour formuler des propositions et des idées afin de renforcer la protection des enfants dans les conflits armés et sensibiliser le monde sur les droits des enfants.