Corne de l'Afrique : l'ONU appelle à renforcer l'action humanitaire

17 août 2011

Suite à sa récente visite en Somalie et au Kenya, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, s'est dite frappée par l'étendue des destructions à Mogadiscio.

Suite à sa récente visite en Somalie et au Kenya, la Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, s'est dite frappée par l'étendue des destructions dans la capitale somalienne Mogadiscio mais a noté de timides améliorations et s'est dite impressionnée par la résilience de la population.

« Nous avons redoublé d'efforts en matière d'aide humanitaire. Des repas chauds sont distribués quotidiennement à 100.000 personnes. Un demi million de personnes reçoivent de l'eau potable ce qui est crucial pour empêcher la propagation du choléra et d'autres maladies », a dit Mme Amos lors d'une conférence de presse mercredi au siège de l'ONU à New York.

« Une campagne de vaccination d'urgence a d'ores et déjà atteint 88.000 enfants, soit 80% des enfants de moins de 15 ans de la ville, et 46.000 femmes. Cependant il est évident que même à Mogadiscio, la famine a coûté la vie à des dizaines de milliers de personnes et qu'elle va encore en tuer beaucoup si nous n'intensifions pas nos efforts », a-t-elle ajouté.

Les opérations d'aide humanitaire s'étendent sans cesse à de nouvelles régions de Somalie. Dans le corridor d'Afgooye au nord-ouest de la capitale des milliers de déplacés ont trouvé refuge pour échapper à la violence à Mogadiscio. La moitié d'entres eux bénéficient désormais d'eau potable. Dans le sud de la Somalie, dans les régions contrôlées par les milices Al-Shabaab, plus de 500 centres de nutrition sont opérationnels. Ce sont des réalisations majeures, et la Secrétaire générale adjointe des Nations unies aux affaires humanitaires est confiante dans le fait que les zones qui restent encore hors d'accès vont de plus en plus diminuer.

« Nous ne devons pas oublier que les besoins ne sont pas limités à la Somalie. Des millions de personnes luttent contre les effets de la sécheresse en Ethiopie, au Kenya et à Djibouti. Pendant que les Kenyans et les Ethiopiens tentent de faire face à l'impact de la catastrophe sur leurs propres communautés, ils reçoivent des centaines de milliers de réfugiés somaliens qui ont fui le conflit et la famine et qui vivent maintenant dans de grands camps surpeuplés », a rappelé Mme Amos.

La situation dans ces pays ne s'est pas transformée en famine, notamment grâce aux programmes de planification préventifs. Il est cependant important de rester vigilant. En Ethiopie, les Nations unies ont distribué une assistance alimentaire à 3,5 millions d'Ethiopiens et à 226.000 réfugiés. À Djibouti, presque tous ceux qui ont été touchés par la sécheresse ont été aidés et au Kenya, 1,3 million ont reçu une aide alimentaire.

« J'ai visité le camp de réfugiés de Dadaab au Kenya, le plus grand camp du monde. Des nouveaux arrivants de Somalie sont enregistrés quotidiennement et malgré la légère chute récente du nombre d'arrivées, le nombre d'enfants souffrant de malnutrition aigüe a augmenté. De nombreux enfants meurent en route vers les camps. J'ai rencontré une femme qui a perdu ses quatre enfants pendant le périple entre la Somalie et le Kenya », a témoigné la Secrétaire générale adjointe.

De grands efforts sont fournis dans le camp de Dadaab pour assurer l'approvisionnement des réfugiés. Dans les semaines à venir il faudra aussi s'assurer que les communautés hôtes qui acceptent de recevoir les réfugiés reçoivent l'aide dont elles ont besoin.

« Nous avons montré que beaucoup peut être accompli lorsque les agences humanitaires reçoivent les moyens et l'accès aux zones touchées. Mais nous faisons face à une famine qui s'aggrave et se propage en Somalie et nous devons mobiliser toutes nos forces et nos ressources dans un effort durable pour les mois à venir. Pour cela, nous réitérons notre appel pour 1,2 milliard de dollars additionnels. De nombreuses vies doivent encore être sauvées dans la Corne de l'Afrique », a conclu Mme Amos.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Corne de l'Afrique : mortalité en hausse dans les camps de réfugiés en Ethiopie

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a tiré la sonnette d'alarme sur la situation des réfugiés dans les camps au sud de l'Éthiopie où les taux de mortalité ont dramatiquement augmenté.