L'ONU encourage les universitaires à aider à résoudre les défis actuels

Le Secrétaire général Ban Ki-moon (au centre) lors du lancement de l'Impact académique à New York il y a quelques mois.
Le Secrétaire général Ban Ki-moon (au centre) lors du lancement de l'Impact académique à New York il y a quelques mois.

L'ONU encourage les universitaires à aider à résoudre les défis actuels

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a participé à la cérémonie d'ouverture du Forum sur l'Impact académique des Nations Unies mercredi à Séoul, en République de Corée.

Lors de la cérémonie d'ouverture du Forum sur l'Impact académique des Nations Unies mercredi à Séoul, la capitale de la République de Corée, le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, a encouragé le monde universitaire à participer activement à la recherche de solutions aux problèmes de l'humanité, tels que la pauvreté, la faim et le développement durable.

« Lors de sa fondation, l'ONU était perçue comme une organisation où les Etats et leurs représentants diplomatiques se réunissaient afin de préserver la paix dans le monde et améliorer le bien-être des ses peuples. Aujourd'hui la perception a changé, les gouvernements ne peuvent, ni ne veulent, le faire seuls », a déclaré le Secrétaire général dans son discours d'ouverture du forum organisé par le Conseil coréen d'études universitaires et la Handong Global University.

L'Impact Académique des Nations Unies est une initiative mondiale qui réunit des institutions d'études supérieures et les Nations Unies pour faire avancer les principes universels des droits de l'homme, d'alphabétisation, de paix et de développement durable. L'initiative fût lancée officiellement en novembre 2010 et depuis 670 institutions universitaires dans 104 pays y participent, dont 47 en République de Corée.

« De même que les entreprises ont une responsabilité sociale, le monde universitaire porte une responsabilité sociale intellectuelle qui peut contribuer à rendre le monde plus sûr, plus juste et plus sage », a souligné Ban Ki-moon, en citant des exemples de projets venant des quatre coins du monde.

Le Secrétaire général a souligné qu'il ne pouvait pas y avoir de paix, de justice et de dignité dans le monde si des milliards d'êtres humains vivent dans la pauvreté chronique. Il a fait référence à la situation actuelle catastrophique dans la Corne de l'Afrique, où le conflit, les prix élèves des denrées alimentaires et la sécheresse affectent 13 millions de personnes qui sont dans une situation de détresse.

« Nous devons faire le lien entre la famine, les ressources en eau et l'approvisionnement en énergie, pour trouver des solutions qui prennent en compte tous les éléments. La communauté universitaire peut aider à comprendre les choses », a souligné Ban Ki-moon.

La Conférence des Nations Unies sur le développement durable qui aura lieu en juin l'année prochaine au Brésil (Rio+20), sera l'occasion pour le monde universitaire de partager ses idées et le Secrétaire général a encouragé les universitaires à y participer.

Il a cité la tolérance et la coexistence pacifique comme un autre domaine dans lequel le monde universitaire a un rôle primordial à jouer. « La communauté universitaire peut montrer l'exemple de respect de compréhension mutuelle, grâce à sa longue tradition d'échanges culturels. Nous vivons une période où l'extrémisme et la polarisation montrent peu de signes d'affaiblissement. La participation du monde universitaire à ce débat serait en effet très opportun », a dit Ban Ki-moon.

Le Secrétaire général a souligné le besoin d'un échange et d'un partage d'idées et d'expériences pour promouvoir des solutions collectives à des problèmes communs, dans un esprit d'intégrité intellectuelle et avec le soutien nécessaire du monde universitaire.