Le Conseil de sécurité préoccupé par la détérioration de la situation au Yémen

Des manifestants anti-gouvernementaux au Yémen.
Des manifestants anti-gouvernementaux au Yémen.

Le Conseil de sécurité préoccupé par la détérioration de la situation au Yémen

Le Conseil de sécurité des Nations Unies a eu des consultations mardi sur la situation actuelle au Yémen suite à la grave détérioration de la situation économique et humanitaire dans le pays. Les membres du Conseil se sont dits préoccupés par la situation d'insécurité grandissante, y compris par la menace que représente Al-Qaïda dans la Péninsule arabique.

Dans une déclaration à la presse, le Conseil de sécurité a encouragé les parties prenantes à garantir l'accès à l'assistance humanitaire et s'est dit inquiet des informations faisant état d'interruptions de plus en plus fréquentes des produits de base. Il a également fait appel aux parties prenantes de ne pas viser les infrastructures vitales.

« Les membres du Conseil de sécurité ont appelé toutes les parties prenantes au Yémen de rejeter la violence et à faire preuve d'une retenue maximale. Le Conseil de sécurité demande aux parties prenantes au Yémen de respecter les obligations qui sont les leurs selon la législation internationale en vigueur », selon la déclaration lue par Hardeep Singh Puri, Représentant permanent de l'Inde qui assure la présidence tournante du Conseil de sécurité pendant le mois d'août.

Le Conseil de sécurité a demandé qu'une solution à la crise au Yémen soit trouvée rapidement dans un processus de transition politique qui respecte les aspirations de changements du peuple yéménite. Le Conseil de sécurité a reconnu les efforts qui ont été faits dans ce sens et a souligné que l'initiative du Conseil de coopération du Golfe (CCG) restait importante.

Les membres du Conseil de sécurité ont bien accueilli les efforts des bons offices du Secrétaire général à travers son Conseiller spécial Jamal Benomar ainsi que ceux du CCG.

Yémen connaît une agitation politique cette année comme dans d'autres pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Les manifestations pour des réformes politiques et davantage de démocratie ont été réprimées dans le sang.