Libye : l'UNESCO juge inacceptable l'attaque de l'OTAN contre la télévision

8 août 2011

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a jugé inacceptable l'attaque de l'OTAN contre des émetteurs de la télévision publique libyenne, Al Al-Jamahiriya, le 30 juillet, et a déploré la mort de trois employés dans l'attaque aérienne qui a également blessé 21 autres personnes.

« Je déplore l'attaque de l'OTAN sur Al-Jamahiriya et ses installations », a dit la Directrice générale dans un communiqué. « Les médias ne devraient pas être la cible d'opérations militaires. La résolution 1738 (2006) du Conseil de sécurité de l'ONU condamne les actes de violence contre les journalistes et les employés des médias dans les situations de conflit ».

« L'attaque de l'OTAN est aussi contraire aux principes des Conventions de Genève qui établissent le statut civil des journalistes en temps de guerre même s'ils participent à la propagande », a ajouté Mme Bokova. « Faire taire les médias n'est jamais une solution. Promouvoir des médias pluralistes et indépendants est la seule façon de permettre aux gens de former leur propre opinion ».

L'OTAN a publié un communiqué affirmant que l'attaque était menée conformément à la résolution 1973 du Conseil de sécurité de l'ONU, qui autorise les opérations militaires en Libye.

Selon la presse, l'OTAN a bombardé et neutralisé trois antennes de transmission par satellite de la télévision publique libyenne à Tripoli. L'Alliance atlantique a justifié l'attaque par le fait que le régime utilise ses capacités de télédiffusion pour intimider le peuple libyen et inciter à la violence.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO condamne le meurtre d'un journaliste dominicain

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné vendredi le meurtre d'un journaliste dominicain, José Agustin Silvestre, le 2 août dans la ville de La Romana, dans le sud-est de la République dominicaine.