Ethiopie : une épidémie de rougeole menace des camps de réfugiés - HCR

6 août 2011

Le HCR a exprimé samedi son inquiétude croissante concernant le sort des réfugiés somaliens dans les camps de Dollo Ado, dans le sud-est de l'Ethiopie, alors qu'une épidémie de rougeole semble avoir fait son apparition.

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a exprimé samedi son inquiétude croissante concernant le sort des réfugiés somaliens dans les camps de Dollo Ado, dans le sud-est de l'Ethiopie, alors qu'une épidémie de rougeole semble avoir fait son apparition.

Le HCR craint que l'épidémie n'entraîne une forte mortalité et des maladies graves dans une population de réfugiés déjà vulnérables et dont l'état de santé était déjà fragile. Une épidémie pourrait aussi inverser les progrès qui avaient été faits au cours des dernières semaines pour stabiliser les réfugiés somaliens, dont beaucoup sont arrivés en Ethiopie en très mauvaise santé.

Officiellement, 47 cas et trois décès qui seraient dus à la rougeole ont été signalés au cours de la semaine dernière dans le camp de Kobe où vivent 25.000 personnes. Mais rien que pour le 4 août, les travailleurs de santé communautaire ont fait état de 25 morts dans le camp, dont la moitié serait due à la rougeole. Les enfants réfugiés sont les plus touchés. D'autres cas suspects ont été signalés dans les deux autres camps de réfugiés dans la région, ainsi que dans le centre de transit où se trouvent un peu plus de 15.000 réfugiés en attente d'être relocalisés dans le nouveau camp d'Hilaweyn.

Selon les experts médicaux, la rougeole dans les populations saines ne tue pas, mais les complications liées à la rougeole le font. Dans le contexte des camps de réfugiés à Dollo Ado, le mélange de rougeole et de niveaux élevés de malnutrition peut être mortel.

« Cette situation est alarmante et nous ne pouvons pas nous permettre d'attendre. Nous devons agir maintenant, de toute urgence et de manière décisive, pour arrêter et renverser cette situation", a déclaré le Représentant du HCR en Ethiopie, Moïse Okello, à son retour de Dollo Ado pour une première évaluation de la situation.

M. Okello a tenu une réunion urgente samedi avec des responsables du gouvernement éthiopien et les partenaires du HCR dans le domaine de la santé pour convenir d'un plan d'action. Il dit que la priorité « numéro un est une campagne de vaccination de masse". Il a appelé tous les partenaires du HCR dans le domaine de la santé à intensifier leur capacité à répondre aux « défis extrêmement graves de santé publique." Le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS), via le ministère éthiopien de la santé, fournissent les vaccins nécessaires.

La vaccination de tous les enfants âgés de six mois à 15 ans a commencé vendredi pour tous les enfants réfugiés transférés du centre de transit au nouveau camp d'Hilaweyn. Quelque 300 enfants ont été vaccinés avant leur relocalisation.

Une campagne de vaccination de masse doit commencer le 9 août dans le camp de Kobe pour tous les enfants âgés de six mois à 15 ans, le camp le plus affecté par les cas suspects de rougeole. La campagne sera ensuite étendue à d'autres camps et aux communautés d'accueil environnantes si cela est jugé nécessaire par les autorités sanitaires.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU intensifie la distribution de l'aide aux Somaliens affamés

Alors que de plus en plus de Somaliens, en majorité des femmes et des enfants, continuent de fuir la famine qui sévit dans leur pays, les agences des Nations Unies intensifient leurs efforts pour répondre aux besoins humanitaires croissants.