Côte d'Ivoire : une délégation de l'ONU rencontre Laurent Gbagbo

L'ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo lors de son arrestation à Abidjan le 11 avril 2011.
L'ancien Président ivoirien Laurent Gbagbo lors de son arrestation à Abidjan le 11 avril 2011.

Côte d'Ivoire : une délégation de l'ONU rencontre Laurent Gbagbo

Une délégation de l'Opération des Nations Unies en Côte d'Ivoire (ONUCI) a rencontré cette semaine l’ex-Président ivoirien Laurent Gbagbo et son épouse Simone, qui sont détenus dans le nord du pays après avoir été arrêtés à Abidjan le 12 avril 2011.

La délégation, conduite par le Chef intérimaire de la Division des droits de l'homme de l'ONUCI, Guillaume Ngefa, a rencontré en début de semaine Mme Gbagbo à Odienné, dans le nord-ouest du pays, a indiqué l'ONUCI dans un communiqué.

La délégation s’est par ailleurs entretenue ce jeudi 4 août 2011 avec l’ex-Président assigné à résidence à Korhogo, localité située à 580 Km au nord d’Abidjan, la capitale économique de Côte d’Ivoire.

Guillaume Ngefa a souligné à Laurent Gbagbo que l’ONUCI suivait de près les conditions de détention des anciens dignitaires du régime. « Cela est de notre responsabilité de dire la vérité sur les conditions de détention des anciens dignitaires du régime et celles dans lesquelles vous vivez, conformément à notre mandat et aux principes du respect des droits de l’homme, afin que la transparence de notre démarche contribue à réduire les tensions et à favoriser la réconciliation nationale dans l’intérêt de tous », a précisé M. Ngefa.

Auparavant la délégation a rencontré le substitut du procureur et le commandant Fofié Kouakou Martin qui a salué l’initiative. « Nous saluons votre visite qui mettra fin aux rumeurs sur les conditions de détentions de ces anciens dignitaires et concourra énormément à recréer la confiance entre les Ivoiriens », a dit le commandant Fofié.

En début de semaine, la rencontre avec Mme Gbagbo a eu lieu dans le cadre d'une mission d'évaluation entreprise par M. Ngefa du 1er au 2 août à Odienné, au cours de laquelle il a rencontré les partenaires de la société civile dans cette région.

Le 30 mars 2011, Mme Gbagbo a fait partie des cinq personnes visées par des sanctions du Conseil de sécurité de l'ONU pour « obstacle à la paix et à la réconciliation en Côte d'Ivoire ». Simone Gbagbo était Présidente du Groupe parlementaire du Front populaire ivoirien (FPI).