Soudan : il faut traduire en justice les violeurs, pas les journalistes – ONU

3 août 2011

La Représentante spéciale du Secrétaire général de l'ONU pour la violence sexuelle dans les conflits, Margot Wallström, a appelé mercredi les autorités soudanaises à traduire en justice les violeurs et non pas les journalistes qui enquêtent sur les allégations de viol d'une militante politique par les forces de sécurité.

« Je condamne dans les termes les plus forts la violence sexuelle perpétrée à des fins politiques », a déclaré mercredi Mme Wallström dans un communiqué.

« Les journalistes soudanais ont le droit d'informer sur les viols et d'autres formes de violence sexuelle. Les violeurs – pas les journalistes - doivent faire l'objet d'accusations criminelles au Soudan. Ce n'est qu'en luttant contre la violence sexuelle ouvertement que nous pouvons avoir une chance de briser ce qui est appelé le plus grand silence de l'histoire et l'éradiquer », a-t-elle ajouté.

La semaine dernière, un tribunal soudanais a condamné Amal Habani, une journaliste du quotidien indépendant Al-Jarida, couvrant les cas d'un viol présumé d'une militante par les forces de sécurité après une manifestation anti-gouvernementale au début de cette année, a souligné la Représentante spéciale.

La peine infligée à Mme Habani est la seconde décision de ce type depuis que les procureurs de l'État ont lancé des accusations de diffamation contre des journalistes soudanais, pour avoir écrit sur le viol présumé. Une autre journaliste du quotidien Al-Jarida, Fatima Ghazali, a eu la même condamnation au début du mois.

« Je suis très préoccupée par ces jugements, ils portent atteinte non seulement à la liberté d'expression et des médias, mais répriment également l'expression publique des survivants des violences sexuelles sur ces crimes », a déploré Mme Wallström.

« Nous continuons à surveiller la situation au Soudan et partout ailleurs où la violence sexuelle peut se produire », a-t-elle conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Darfour : le Procureur de la CPI appelle le Conseil de sécurité à agir face au génocide

Le Procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, a affirmé mercredi devant le Conseil de sécurité de l'ONU que des crimes de génocide continuaient d'être perpétrés au Darfour (Soudan) et appelé le Conseil à agir sur la base des informations collectées par la CPI sur les liens entre l'extermination des communautés ethniques identifiées et les choix stratégiques des dirigeants soudanais.