Le Conseil de sécurité condamne les attaques de l'Armée de libération du Seigneur

Des combattants de la LRA.
Voxcom/IRIN
Des combattants de la LRA.

Le Conseil de sécurité condamne les attaques de l'Armée de libération du Seigneur

Dans une declaration à la presse, les membres du Conseil de sécurité ont condamné jeudi « les attaques qui sont menées par l'Armée de résistance du Seigneur en Afrique centrale et menacent en permanence la sécurité dans la région ».

Dans une declaration à la presse, les membres du Conseil de sécurité ont condamné jeudi « les attaques qui sont menées par l'Armée de résistance du Seigneur en Afrique centrale et menacent en permanence la sécurité dans la région ».

Ils ont vivement déploré les atrocités commises par l'Armée de résistance et leurs graves répercussions sur la situation humanitaire, dont le déplacement de plus de 380.000 personnes dans la région.

Les membres du Conseil ont exprimé « leur profonde préoccupation devant l'absence de réponse aux demandes que le Conseil de sécurité a adressées à l'Armée de résistance du Seigneur en vue qu'elle cesse ses attaques, mette un terme au recrutement, à l'enlèvement et à l'utilisation d'enfants et libère les femmes, les enfants et autres non-combattants qu'elle détenait ».

Le Conseil de sécurité a exigé « de l'Armée de résistance qu'elle mette fin à toutes ses attaques contre des civils, et engagé tous ses éléments à se rendre et à déposer leurs armes ».

Dans la declaration, les membres du Conseil ont indiqué qu'il incombait « au premier chef aux États de la région de protéger les civils et qu'il fallait mettre en place des capacités à cet effet ».

Ils ont relevé le rôle important que les missions de maintien de la paix des Nations Unies jouent dans la région et souligné que toutes les parties faisant front pour éliminer la menace de l'Armée de résistance du Seigneur devaient coordonner leur action.

Ils ont demandé que le Bureau des Nations Unies pour l'Afrique centrale, agissant en coordination avec le Bureau de l'ONU auprès de l'Union africaine, se concerte avec l'Union africaine et favorise la coopération entre l'ONU et l'Union sur les questions relatives à la lutte contre la menace posée par l'Armée de résistance du Seigneur.

Enfin, les membres du Conseil ont rappelé que la Cour pénale internationale (CPI) avait délivré des mandats d'arrêt à l'encontre de quatre chefs de l'Armée de résistance du Seigneur, inculpés notamment de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité, dont les crimes de meurtre et de viol et l'enrôlement faisant suite à l'enlèvement de mineurs, et invité tous les États à coopérer avec les autorités ougandaises et la Cour pour exécuter ces mandats et traduire en justice les auteurs d'atrocités.