L'ONU condamne l'attaque meurtrière en Norvège

22 juillet 2011

Le Secrétaire général de l''ONU, Ban Ki-moon, a été choqué d''apprendre vendredi la forte explosion qui s''est produite aujourd''hui au centre d''Oslo en Norvège ainsi que la fusillade qui a eu lieu à Utoya.

Le chef de l''ONU a « condamné ces violences » et a « exprimé ses condoléances au gouvernement de la Norvège et aux familles des victimes », a fait savoir son porte-parole dans un communiqué.

« Les Nations Unies sont aux côtés du peuple de la Norvège en ce moment épouvantable », a-t-il ajouté.

Selon la presse, sept personnes sont décédées dans l''explosion qui s''est produite à Oslo, la capitale du pays près de bâtiments gouvernementaux. A Utoya, un homme a tué au moins quatre personnes dans un camp de jeunes.

Le Président de l''Assemblée générale, Joseph Deiss, s'est également dit « profondément choqué à la suite des informations faisant état de violentes attaques perpétrées en Norvège ».

Dans un communiqué publié vendredi, il s'est dit particulièrement « affligé », d''autant plus que l''un des attentats a ciblé les jeunes, et qu'il survient à la veille de la Réunion de haut niveau sur la jeunesse organisée par l''Assemblée générale à New York les 25 et 26 Juillet 2011 pour marquer l''Année internationale de la Jeunesse.

Le Président de l''Assemblée générale a « condamné fermement ces attaques et présente ses condoléances au peuple et gouvernement de Norvège. Ses pensées vont aux victimes et à leurs familles ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'agence de l'ONU pour le tourisme exprime son soutien à l'Inde après les récents attentats

Le Secrétaire général de l'Organisation mondiale du tourisme, Taleb Rifai, s'est dit choqué des attentats perpétrés à Mumbaï, en Inde, le 13 juillet dernier, et a promis que l'agence soutiendrait le gouvernement afin de que le pays puisse continuer d'accueillir des touristes.