L'OIT lutte contre la discrimination fondée sur les castes en Inde

L'OIT lutte contre la discrimination fondée sur les castes en Inde

media:entermedia_image:30b64600-d6e6-43e8-8f91-770c5b777a66
Le Organisation internationale du Travail (OIT) lutte contre les discriminations fondées sur les castes et le sexe en Asie du Sud et particulièrement en Inde où la communauté Dalits souffre encore de discriminations.

« Pour des millions de personnes, l'Inde contemporaine est devenue une terre d'opportunités, la plus grande démocratie du monde ayant connu l'une des croissances économiques les plus remarquables des dix dernières années. Pourtant, à mesure que l'Inde accélère sa course au développement, de nombreuses personnes sont marginalisées en raison de la discrimination à l'embauche, traditionnellement fondée sur les castes », a indiqué l'OIT dans un communiqué publié mardi.

Le récent rapport de l'OIT sur les discriminations explique comment en Inde et plus généralement en Asie du Sud la discrimination fondée sur les castes se perpétue. En effet, les chances pour un candidat qualifié ayant un nom de Dalit d'être convoqué pour un entretien d'embauche est d'environ deux-tiers de celles d'un candidat hindou de caste supérieure. En pratique, cela signifie que de nombreux Dalits doivent dissimuler leur statut avant de postuler pour un emploi.

Le rapport explique aussi la persistance de la discrimination fondée sur des motifs multiples. Des études montrent que les victimes de cette forme complexe de discrimination enregistrent les niveaux de chômage les plus élevés et sont cantonnés aux formes d'emploi les plus précaires et les moins bien rémunérées.

La discrimination fondée à la fois sur le sexe et l'origine sociale continue de piéger des générations successives de femmes Dalit. Le ramassage manuel des déchets est l'une des professions les plus féminisées. Selon des estimations gouvernementales concernant l'année 2005, 95% des 700.000 ramasseurs de déchets étaient des femmes.

Cette forme de discrimination « qui s'accompagne de capacités physiques diminuées, d'un sentiment de vulnérabilité et de désespoir, a déclenché un cercle vicieux de paupérisation », soulignent les experts de l'OIT.

Confronté à ce problème, le gouvernement indien a adopté des lois et des politiques qui visent à respecter, promouvoir et réaliser le droit fondamental à la non-discrimination. L'OIT collabore avec le gouvernement et les partenaires sociaux d'Inde pour s'attaquer à la discrimination contre les Dalit dans cinq Etats du pays.

Le principal objectif du projet est de soutenir les efforts du gouvernement pour accroître l'efficacité de la législation et des politiques qui concernent le problème du ramassage manuel des déchets, mais aussi d'associer la communauté des récupérateurs elle-même à ce processus.

Selon Coen Kompier, un spécialiste des normes du travail au bureau de l'OIT à New Delhi, « la réinsertion des ramasseurs manuels dépend de la confiance établie avec leur communauté mais aussi en brisant pour de bon la stigmatisation dont ils font l'objet par rapport à leur caste ».

« A travers les activités du projet, nous tentons de rendre leur réhabilitation effective, en donnant aux ramasseurs manuels la possibilité de choisir leur profession ou leur activité. Ces personnes peuvent servir d'exemples pour les Dalits », a-t-il conclu.