Sud-Kordofan: l'ONU réclame une enquête sur des allégations de crimes

15 juillet 2011

La chef de l'humanitaire de l'ONU, Valerie Amos, est préoccupée par les allégations de fosses communes, d'attaques sur une base ethnique et d'assassinats extrajudiciaires au Sud-Kordofan.

La Secrétaire générale adjointe des Nations Unies aux affaires humanitaires, Valerie Amos, a réclamé vendredi une enquête sur les allégations de fosses communes, de disparitions de civils, d'attaques sur une base ethnique et d''assassinats extrajudiciaires au Sud-Kordofan, au Soudan.

« Depuis que les accrochages ont commencé le 6 juin, les agences humanitaires de l'ONU ont demandé au gouvernement du Soudan un accès sans entraves à toute la population du Sud-Kordofan. Ces demandes ont été rejetées de manière répétée par le gouvernement du Soudan, prétextant des raisons de sécurité », a déclaré Mme Amos dans un communiqué de presse.

Un nombre limité d''agences humanitaires a pu avoir accès à la ville de Kadugli, où il y a encore une forte présence militaire, a-t-elle souligné. « Il ne s''agit pas d''un accès sans entraves. Le gouvernement a exigé que la fourniture de toute l''aide se fasse par l''intermédiaire des organisations nationales, qui ont des capacités limitées et sont incapables de répondre aux besoins croissants des gens vulnérables à travers le Sud-Kordofan. »

La Secrétaire générale adjointe a estimé que ces restrictions d''accès gênaient sérieusement la capacité des Nations Unies à assister les gens dans le besoin. « Nous savons que beaucoup de gens parmi les 1,4 million de résidents dans les zones affectées auront besoin de plus en plus d''aide humanitaire. Nous savons qu''au moins 73.000 personnes ont été déplacées par les combats, même si nous pensons que ce chiffre est en fait supérieur », a-t-elle dit.

Valerie Amos a souligné que les Nations Unies disposaient d''informations très limitées sur les gens qui ont fui dans les zones montagneuses et même sur ceux qui sont dans des villages près de Kadugli.

« Nous ne savons pas si les graves allégations d''assassinats extrajudiciaires, de fosses communes et autres graves violations dans le Sud-Kordofan sont vraies. Nous ne sommes pas en mesure de vérifier ces allégations en raison des restrictions de mouvement imposées par le gouvernement du Soudan, notamment contre les organisations et le personnel internationaux », a-t-elle ajouté.

La Secrétaire générale adjointe a estimé que « ces graves allégations de violations des droits de l''homme et du droit humanitaire qui auraient eu lieu au Sud-Kordofan devaient faire l''objet d''une enquête ».

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'ONU appelle au cessez-le-feu au Sud-Kordofan et à régler le statut d'Abyei

Alors que le Soudan du Sud a proclamé son indépendance le 9 juillet, le chef des opérations de maintien de la paix des Nations Unies, Alain Le Roy, a appelé mercredi les parties en conflit à cesser le feu dans la province du Sud-Kordofan, située au Soudan, et à déterminer le statut de la zone d'Abyei, région située à la limite entre le Soudan et le Soudan du Sud.