Corne de l'Afrique : l'ONU intensifie son assistance pour lutter contre la faim

15 juillet 2011

Plus de 11 millions de personnes sont dans une situation de grave insécurité alimentaire dans la Corne de l'Afrique en raison de la sécheresse et des conflits.

Alors que plus de 11 millions de personnes sont dans une situation de grave insécurité alimentaire dans la Corne de l'Afrique en raison de la sécheresse et des conflits, les agences des Nations Unies continuent d'intensifier leurs efforts pour acheminer l'aide humanitaire aux populations réfugiées et déplacées.

Le Haut commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR) a salué vendredi la décision des autorités kenyanes d'ouvrir une extension au camp de réfugiés surpeuplé de Dadaab, près de la frontière avec la Somalie, et le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) a repris pour la première fois depuis deux ans l'acheminement de l'aide humanitaire au sud de la Somalie.

Le Haut Commissaire des Nations Unies pour les réfugiés, António Guterres, s'est félicité de l'annonce faite par le Premier Ministre kenyan Raila Odinga. « Le HCR estime que l'ouverture de l'extension est importante pour pallier aux conditions de surpeuplement prévalant à Dadaab où, ces derniers temps, quelque 1.300 réfugiés somaliens arrivent chaque jour après avoir fui le conflit et la sécheresse en Somalie », a déclaré un porte-parole du HCR, Adrian Edwards, lors d'une conférence de presse à Genève, en Suisse.

« En incluant également les personnes vivant à l'extérieur du camp, le nombre de réfugiés somaliens dans et autour du camp de Dadaab approche désormais les 380.000 personnes. Le HCR s'apprête à débuter un important pont aérien ce week-end pour acheminer des tentes et d'autres biens de secours vers cette région frontalière reculée », a-t-il ajouté.

Dadaab est un complexe de trois camps contigus situé dans le désert à environ 80 kilomètres de la frontière somalienne et d'une superficie de 50 kilomètres carrés. Les équipes des agences et des organisations humanitaires présentes à Dadaab tentent de faire face, depuis le début de l'année, à l'afflux massif de quelque 60.000 nouveaux arrivants ayant fui les conflits, la sécheresse et la famine dans leur pays d'origine.

« Environ 1.300 Somaliens affamés et épuisés arrivent chaque jour au complexe, qui accueillait déjà plus de quatre fois le nombre de réfugiés prévu initialement pour sa capacité d'accueil », a expliqué Adrian Edwards, qui précise que dans les deux semaines à venir plus de 700 tonnes d'aide vont être livrées au complexe de Dadaab.

Le complexe de Dadaab a été établi en 1991 avec une capacité d'accueil initiale de 90.000 personnes. Le site avait été officiellement déclaré plein en 2008, lorsque l'allocation de parcelles avait été stoppée.

« Aujourd'hui, c'est le plus tentaculaire, le plus congestionné et l'un des camps de réfugiés les plus reculés au monde. Jusqu'à cinq familles partagent une parcelle de terrain prévue pour une seule famille », a déploré le porte-parole du HCR.

Au Kenya, le Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF) et l'Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoient de lancer une campagne de vaccination à la frontière avec la Somalie et dans le camp de Dadaab.

Une porte-parole de l'UNICEF, Marixie Mercado a souligné mercredi lors d'une conférence de presse à Genève, que l'agence a pu acheminer par voie arienne des fournitures et du matériel humanitaire dans la ville de Baidoa en Somalie, y compris de la nourriture thérapeutique pour traiter les enfants sévèrement malnutris, ainsi que du matériel pour l'eau et l'assainissement. C'est la première fois depuis juillet 2009 que les Nations Unies sont en mesure d'accéder à cette zone, les groupes armés ayant autorisé l'accès de l'humanitaire compte tenu de l'extrême urgence.

De son côté, l'OMS se prépare à lancer une opération en faveur de la santé des enfants dans la région du Somaliland, au nord de la Somalie. Près de 413.000 enfants de moins de cinq ans bénéficieront de vaccinations, de déparasitage et d'une consultation médicale pour connaître leur statut nutritionnel. Plus de 156.000 autres enfants bénéficieront de la même initiative dans la région du Puntland, également au nord de la Somalie.

Mardi, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a convoqué une réunion d'urgence avec les chefs des agences des Nations Unies pour discuter de la grave crise alimentaire dans la Corne de l'Afrique. Il a exhorté les gouvernements à contribuer à l'appel humanitaire d'urgence de 1,6 milliard de dollars pour venir en aide aux millions de personnes affectées dans la région.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Corne de l'Afrique : l'ONU a besoin de fonds pour faire face à la crise alimentaire

Le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a convoqué mardi une réunion d'urgence avec les chefs des agences des Nations Unies pour discuter de la grave crise alimentaire qui frappe la Corne de l'Afrique.