Haïti : les casques bleus lancent une opération pour sécuriser Port-au-Prince

Haïti : les casques bleus lancent une opération pour sécuriser Port-au-Prince

Des femmes policiers servant au sein de la MINUSTAH.
Les Casques bleus de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), appuyés par la Police des Nations Unies (UNPol), l'Unité de police constituée des Nations Unies (FPU), conjointement avec la Police nationale d'Haïti (PNH), ont lancé jeudi l'Opération Phoenix visant à sécuriser des zones clé dans plusieurs quartiers de la capitale haïtienne Port-au-Prince.

L'opération, qui s'étalera sur plusieurs jours, comprendra un large déploiement de forces et des activités de coordination civiles et militaires, a indiqué la MINUSTAH dans un communiqué.

Très tôt jeudi matin, plus de 2.100 soldats de la paix ont été déployés dans les quartiers de Cité Soleil, de Martissant et de Bel-Air, afin de déstabiliser d'éventuelles activités criminelles.

« Une fois les opérations sécuritaires terminées, les Casques bleus entreprendront plusieurs activités de coordination civilo-militaires au profit de la population », a souligné le commandant de la Force, le général de division Luiz Ramos. « Ces activités civilo-militaires se traduiront notamment par des opérations d'enlèvement de débris dans les rues, l'installation de cliniques de soins dentaires et médicaux ainsi que des travaux de génie et de réparation de routes dans les quartiers de Port-au-Prince. »

« L'objectif de l'Opération Phoenix est d'aider les autorités haïtiennes à assurer la sécurité et la stabilité des résidents dans la région de Port-au-Prince. Nous voulons montrer aux habitants de ces zones que la MINUSTAH, conformément à son mandat, demeure déterminée à combattre le crime à Port-au-Prince en appui aux autorités haïtiennes », a expliqué le chef d'état-major de la composante militaire, le colonel Steve Charpentier. « Nous voulons aussi démontrer aux Haïtiens l'engagement de la MINUSTAH à contribuer à l'enracinement de l'état de droit dans le pays », a-t-il ajouté.

Des bataillons sri-lankais et brésiliens forment les principaux contingents engagés dans l'opération mais les différentes unités de la Force (terrestre, maritime et aérienne) sont également impliquées à différents niveaux.