Malaisie : des experts de l'ONU critiquent les méthodes de la police

11 juillet 2011

Des experts indépendants des Nations Unies sur les droits de l'homme se sont dits lundi consternés par l'usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau par les forces de l'ordre contre des manifestants pacifiques en Malaisie samedi, qui aurait des blessés et un mort.

Des experts indépendants des Nations Unies sur les droits de l'homme se sont dits lundi consternés par l'usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau par les forces de l'ordre contre des manifestants pacifiques en Malaisie samedi, qui aurait des blessés et un mort.

Plus de 1.600 personnes auraient également été arrêtées lors de cette manifestation de la Coalition pour des élections propres et justes (Bersih), à Kulua Lumpur, la capitale de Malaisie.

« Le droit à la liberté d'opinion et d'expression, y compris sous la forme de manifestations pacifiques, est essentiel pour la démocratie », a déclaré Frank La Rue, le Rapporteur spécial des Nations unies sur le droit à la liberté d'opinion et d'expression.

« En déclarant la manifestation illégale, en interdisant à l'avance certaines parties de la capitale et en agissant de cette manière musclée contre des manifestants pacifiques, le gouvernement de Malaisie risque de saper les progrès démocratiques dans le pays », a-t-il ajouté dans un communiqué.

Pour sa part, El Hadji Malick Sow, Président-Rapporteur du Groupe de travail sur la détention arbitraire, s'est déclaré « profondément préoccupé par la détention de six personnes depuis le 25 juin en vertu d'une ordonnance d'urgence, qui permet la détention sans jugement pour un maximum de 60 jours. »

Le Groupe de travail a également réitéré sa recommandation, faite au gouvernement de la Malaisie suite à une visite dans le pays en juin 2010, d'abroger l'ordonnance d'urgence et d'autres lois préventives, au motif qu'elles entravent considérablement les droits humains fondamentaux, tels que le droit à un procès équitable.

Les experts indépendants ont rappelé au gouvernement son obligation de respecter pleinement les droits de réunion pacifique, d'association et d'expression, garantis par la Constitution fédérale et la Déclaration universelle des droits de l'homme. Ils ont également rappelé qu'en tant que membre du Conseil des droits de l'homme, la Malaisie s'est engagée à respecter les plus hauts standards en matière de promotion et de protection des droits humains.

Le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) avait exprimé la semaine dernière son inquiétude concernant les mesures prises par les autorités en Malaisie, notamment la restriction de la liberté d'expression, avant cette manifestation.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

Malaisie : l'ONU inquiète des mesures prises avant des manifestations

Le Haut commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (HCDH) a exprimé mardi son inquiétude concernant les mesures prises par les autorités en Malaisie, notamment la restriction de la liberté d'expression, avant une manifestation pacifique prévue samedi.