L'UNESCO condamne le meurtre de journalistes au Mexique, en Iraq et en RDC

1 juillet 2011

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné vendredi le meurtre de journalistes au Mexique, en Iraq et en République démocratique du Congo (RDC).

Le journaliste de radio Witness-Patchelly Kambale Musonia, a été tué dans la province du Nord-Kivu, en RDC, le 22 juin. Il s'agit du sixième journaliste tué dans l'Est de la RDC depuis 2007.

Witness-Patchelly Kambale Musonia animait une émission sur Radio Lubero Sud. Il a été abattu par des individus non identifiés près de chez lui à Kirumba. Selon l'organisation non gouvernementale « Journaliste en danger », il avait fait état récemment d'un climat peu sûr dans la ville, qui était alimenté par des gangs de bandits armés.

« De tels crimes affectent la capacité de la société à jouir du droit humain fondamental qu'est la liberté d'expression. La mort d'un journaliste dans des circonstances violentes est une tentative de faire taire la presse. J'appelle les autorités congolaises à enquêter sur ce meurtre et à traduire les responsables devant la justice », a dit Mme Bokova.

En Iraq, le caméraman Alwan al-Ghorabi a été tué dans l'explosion d'une voiture dans la ville méridionale de Diwaniyya le 21 juin. Il travaillait pour la chaîne satellitaire Afaq, propriété du parti Dawa du Premier ministre Nouri al-Maliki. Selon les informations de presse, il se trouvait avec plusieurs autres journalistes à l'entrée d'un bâtiment gouvernemental quand la bombe a explosé.

Selon le Comité de protection des journalistes, Alwan est le quatrième journaliste tué en Iraq cette année.

« La mort d'Alwan al-Ghorabi nous rappelle que la situation reste précaire en Iraq en matière de sécurité », a dit Irina Bokova, qui a appelé les autorités iraquiennes à faire tout leur possible pour améliorer la sécurité des médias.

Au Mexique, le journaliste politique Miguel Angel Lopez Velasco, son épouse Augustina Solano et leur fils Misael, âgé de 21 ans, ont été tués chez eux dans la ville de Veracruz le 20 juin par des assaillants non identifiés. Directeur-adjoint du quotidien Notiver, M. Velasco écrivait un éditorial sur la sécurité, le trafic de drogue et la corruption. Son fils était photographe et accompagnait son père sur des affaires impliquant la police et la sûreté publique.

Selon le Comité de protection des journalistes, 13 journalistes ont été tués au Mexique depuis 2010.

« Le nombre élevé de journalistes attaqués et tués au Mexique est source de grande préoccupation et je condamne le meurtre choquant de Miguel Angel Lopez Velasco et de sa famille », a dit la Directrice générale de l'UNESCO.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.

Suivre l'actualité : précédents articles sur le sujet

L'UNESCO condamne le meurtre d'un journaliste indien

La Directrice générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), Irina Bokova, a condamné jeudi l'assassinat du journaliste indien Jyotirmoy Dey, qui a été abattu le 11 juin dans les rues de Mumbaï, dans l'ouest de l'Inde.