Le Fonds de l'ONU pour les victimes de torture manque d'argent

28 juin 2011
Une victime de torture de la République du Congo dans un centre de réhabilitation au Sénégal.

La Haut commissaire des Nations Unies aux droits de l'homme, Navi Pillay, a appelé lundi la communauté internationale à soutenir Fonds de contributions volontaires des Nations Unies pour les victimes de torture, qui fournit une assistance financière à plus de 300 projets dans plus de 65 pays en Afrique, Asie, Asie centrale, Amérique du Sud et Europe centrale.

« Les Etats membres qui n'ont pas encore contribué au Fonds devraient reconsidérer leur position et donner généreusement afin que plus de en plus de victimes puissent bénéficier de son action », a déclaré Navi Pillay à l'occasion de l'ouverture, au siège de l'ONU à Genève, d'une exposition d'œuvres d'art réalisées par des victimes de torture pour célébrer le 30e anniversaire du Fond.

« Je remercie tous les donateurs pour leur soutien au Fonds et les encourage à continuer leur assistance », a-t-elle ajouté.

Le Fonds est confronté à une baisse des subventions provoquant la réduction de son soutien à de nombreuses organisations qui fournissent une assistance, médicale et sociale à des milliers de victimes de la torture à travers le monde.

« Les bénéficiaires du Fonds sont victimes de torture psychologique et physique allant de la bastonnade grave, aux violences sexuelles, aux simulacres d'exécution, en passant par la privation de sommeil et l'obligation de regarder ceux que l'on aime se faire torturer », a précisé la Haut commissaire.

« Chaque projet financé est unique », a déclaré Navi Pillay, qui a récemment visité l'un des projets soutenus par le Fonds et mis en œuvre au Sénégal. L'initiative Vivre Caprec a aidé plus de 1.000 victimes de 17 pays d'Afrique depuis 10 ans.

La chef du Fonds, Mercedes Doretti, a également tiré la sonnette d'alarme indiquant que les fonds octroyés étaient passés de 11,6 millions de dollars en 2008 à neuf millions en 2010.

En 2011, le Fonds est en train d'examiner les besoins d'organisations et de groupes qui, au total, recherchent plus de 22 millions de dollars d'aide pour assister les victimes de tortures.

« La pénurie d'argent a contraint le Conseil à réduire de 10 à 20% les subventions distribuées cette année », a conclu Mme Doretti.

Le Fonds a été créé par la résolution 36/151 de l'Assemblée générale du 16 décembre 1981 pour recevoir des contributions volontaires de gouvernements, d'organisations et de particuliers. Le Fonds apporte une aide financière à des organisations non gouvernementales qui offrent une assistance humanitaire, psychologique, médicale, sociale, juridique et économique aux victimes de la torture et aux membres de leurs familles.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.