L'ONU encourage Israéliens et Palestiniens à reprendre les négociations

28 juin 2011
Le mur séparant Israéliens et Palestiniens à Bethléem.

Alors que les négociations de paix entre Israéliens et Palestiniens sont au point mort, le Secrétaire général de l'ONU, Ban Ki-moon, a rappelé mardi lors d'une réunion internationale à Bruxelles, en Belgique, que la solution à deux Etats est la meilleure et a appelé les parties au conflit à progresser vers un accord d'ici à septembre prochain.

« Le manque actuel de progrès dans le processus de paix israélo-palestinien est une source de grande inquiétude. Il reste moins de trois mois d'ici la date du mois de septembre qui a été fixée l'année dernière afin d'atteindre un accord sur les questions liées au statut permanent et finaliser le programme sur deux ans de l'Autorité palestinienne pour construire un Etat », a déclaré Ban Ki-moon, dans un message lu par le Coordonnateur spécial adjoint pour le processus de paix au Moyen-Orient, Maxwell Gaylard, lors de cette réunion des Nations Unies en soutien au processus de paix qui se déroule les 28 et 29 juin.

« La solution à deux Etats est la meilleure solution pour les deux parties, et concrétise leurs légitimes aspirations. Les Palestiniens ont le droit d'établir leur propre Etat indépendant et viable. Israël a le droit de vivre en paix et en sécurité avec la reconnaissance internationale de ses frontières », a-t-il ajouté.

Organisée par le Comité pour l'exercice des droits inaliénables du peuple palestinien, le thème de la réunion est « Le rôle de l'Europe dans la progression vers la création d'un Etat palestinien et la réalisation de la paix entre Israéliens et Palestiniens ». L'objectif de la rencontre est de contribuer aux efforts dans la réalisation de la paix entre les parties et d'évaluer le rôle que l'Europe peut jouer dans l'élaboration d'une solution à deux Etats.

Le chef de l'ONU a rappelé que la situation sur le terrain est inquiétante à cause notamment « de l'expansion des colonies en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est », ce qui est contraire aux obligations d'Israël au regard de la Feuille de route.

« Cela sape d'autant plus la confiance des Palestiniens dans les négociations directes. Il est vital qu'Israël respecte le droit international humanitaire dans les Territoire palestiniens occupés », a souligné Ban Ki-moon.

Le chef de l'ONU a réitéré son soutien à l'unité palestinienne et aux positions du Quatuor (Etats-Unis, Russie, Union Européenne, Nations Unies). « La communauté internationale doit jouer son rôle pour amener les parties à retourner à la table des négociations », a dit Ban Ki-moon.

« Je vais continuer à faire tout ce qui est possible en tant que Secrétaire général et dans le cadre du Quatuor pour aider les parties à réaliser la fin de l'occupation qui a commencé depuis 1967 et mettre un terme au conflit, à résoudre tous les problèmes liés au statut final – y compris Jérusalem, les frontières, les réfugiés et la sécurité - et à réaliser l'émergence d'un Etat de Palestine souverain, indépendant, contigüe et viable vivant côte-à-côte dans la paix et la sécurité avec Israël », a-t-il conclu.

 

♦ Recevez des mises à jour quotidiennes directement dans votre boîte mail - Inscrivez-vous ici.
♦ Téléchargez l'application ONU Info pour vos appareils iOS ou Android.